Paolo Maldini : Quand 5 années paraissent plus longues que 24 autres

31
mai
2014

Posté par Anthony G.

Posté dans Autres championnats / En affiche / Etranger / Flash FS / Italie

0 Comments

Lorsqu’on s’apprête à écrire un article sur Paolo Maldini, on est immédiatement attaqué par un sentiment d’anxiété. Réussirai-je avec ce seul article à rendre hommage à un joueur représentant à lui seul un club aussi grand que le Milan ? Ferai-je honneur, en dédiant ce simple article, non seulement à un joueur simple, mais à une bandiera du club rossonero, à un pilier, non seulement du Milan, mais aussi de toute l’histoire du football ?

 

Paolo Maldini n’a pas été qu’un simple défenseur, il n’a pas « seulement » été le capitaine de Milan ; il a marqué le football par son jeu, par sa présence sur le terrain à chaque match, il a gravé le grand livre du football de son nom, laissant à tout jamais sa marque sur ce sport de ballon rond, il a écrit l’histoire. Reconnu par la majorité comme l’un des plus grands défenseurs de l’histoire du football, il incarne à lui seul toutes les vertus qui font défaut à l’arrière moderne. Grand, beau, élégant, fidèle, droit, il a su, tout au long de ses 24 années de carrière, allier efficacité et magnificence, rigueur et fantaisie, en mettant son phénoménal talent individuel au service du collectif.

 

Paolo, fils de Cesare Maldini, montre dimanche après dimanche, match après match, ses talents de footballeur, en dépit de la pression qu’il a sur les épaules d’être le fils d’un artiste, ayant lui aussi marqué l’histoire de son club. Le 20 janvier 1985, sous la patte de Nils Liedholm, Paolo, alors âgé de seize ans, remplace Sergio Battistini en cours de match contre l’Udinese, s’apprêtant à entrer dans l’histoire du Milan. Malgré la pression et un nom de famille qui pourrait être trop lourd pour un jeune, il balaie tous les commérages et va droit au cœur des tifosi du Milan… et des filles ! Car en plus d’être un footballeur hors pair, celui surnommé « History Man » par la presse anglaise a tout du parfait gendre : gentleman, élégant, beau garçon avec ses yeux bleus étincelants, fidèle, etc.

 

Passion, travail, fidélité, sacrifices, engagement, sérieux, talent. Ce sont ses principes, des principes sur lesquels il a construit sa carrière. Des valeurs qui rendront amoureux les fans du Milan et du football plus généralement. L’année suivante, à 17 ans, il devient titulaire, arborant fièrement le numéro 3, un numéro qui l’accompagnera tout au long de sa carrière. Commence alors pour lui et pour le club un cercle victorieux : un Scudetto en 1988, une Supercoppa, deux Coupes des Champions, deux Coupes Intercontinentales, deux Super Coupes européennes et une Supercoupe de l’UEFA. Paolo devient de plus en plus fort, faisant même ses débuts avec la Nazionale. Le monde du football devient fou de Maldini.

 

En 1991, Capello prend les rênes de l’équipe. Un nouveau cycle voit le jour, et le jeune tacticien compose en défense avec Costacurta, Maldini, Baresi et Tassotti pour donner lieu à une muraille infranchissable. En 1997, Baresi prend sa retraite et Paolo hérite du brassard de capitaine, c’est alors que débute pour lui une deuxième vie au Milan, une deuxième carrière parsemée de victoires. À partir de là, et jusqu’au 31 mai 2009, sa carrière sera une succession de victoires, avec d’innombrables coupes levées au ciel, des records de présence, à la fois avec le Milan et la Nazionale. Maldini se dirige tout droit vers le Hall Of Fame du Milan et du monde du football.

 

En 25 ans ans de carrière sous les couleurs rossoneri, il a battu tous les records, avec 902 apparitions, dont 648 en Serie A ; 33 buts dont 29 en championnat, 26 trophées remportés dont 7 scudetti, 5 Coupes d’Europe, 5 Supercoppa, 5 Supercoupe d’Europe , 2 Coupes intercontinentales, une Coupe d’Italie et une Coupe du Monde des Clubs. Il est classé troisième au classement du Ballon d’Or en 1994 et a été intronisé au FIFA 100 en 2003, une liste des 125 meilleurs joueurs à l’occasion du centenaire de la FIFA. Son nom apparaît également dans la Fifa World Cup Dream Team de 2002, dans l’équipe de la Décennie du journal anglais « The Sun » en 2009 et est entré, à partir du 13 décembre 2012, dans le Hall of Fame du football italien.

 

Ce ne sont pas seulement des chiffres et des records à faire pâlir n’importe quel joueur, c’est aussi et surtout l’histoire de ​​l’amour d’un homme pour les couleurs de son équipe, d’une bandiera du Milan, l’histoire irrépétible et inoubliable de Paolo Maldini.

 

 

 

Anthony T.