Zoom sur Saint-Vincent-et-Grenadines

19
juin
2016

Posté par Anthony G.

Posté dans En affiche / Flash FS / International

3 Comments

Quand on a pour star un joueur qui joue en Finlande (au PSK) et pour buteur un joueur de Parham FC, il est dur d’exister sur la scène footballistique. Ils jouent pour qui? Saint-Vincent-et-Grenadines!
 

Où est-ce ?
 
Ce nom ne vous dit peut-être rien mais c’est un petit état des Antilles composé de l’île de Saint-Vincent et de l’archipel des Grenadines d’où son nom. En gros ça sent le paradis sauf pour apprenti footballeur. La capitale est Kingston et le pays possède 103 000 habitants.
 

Ont-ils déjà participé à une grande compétition ?
 
Oui, c’était la Gold Cup 1996. Il s’y qualifie via la Coupe Caribéenne des Nations où ils terminent finaliste. Lors de la Gold Cup, ils tombent sur le Mexique (0-5) et le Guatemala (0-3). Ils terminent dernier du groupe. C’est leur seule et unique Gold Cup.
 

Quelle est leur meilleur perf’ en éliminatoires du Mondial ?
 
C’est pour le Mondial Allemand. Entrée directement au second tour, les Vincentais tombent sur le Nicaragua. Assez difficile comme ouverture mais la Chaleur de Saint-Vincent (le surnom de l’équipe) obtient un bon nul (2-2) en Amérique Centrale. A domicile, et devant 5 000 supporters, les Antillais semblent plier l’affaire en 15 minutes en menant 2-0. Mais à la 60e, le Nicaragua marque un but et se relance. C’est donc en contre que Saint-Vincent-et-Grenadines fera la différence et se qualifiera pour le tour suivant (4-1). Ce sera contre le Mexique, Saint-Kitts-et-Nevis et Trinité-et-Tobago. Malgré une fessée reçue au Mexique (0-7), l’équipe est encore en course lors de la dernière journée grâce à deux victoires sur Saint-Kitts-et-Nevis (1-0 et 3-0). Mais il faut se déplacer à Trinité-et-Tobago. Malgré tout, les Vincentais mènent 1-0. Ils leur faut encore deux buts pour dépasser leur adversaire au goal average particulier. Ils viendront… mais dans le camp d’en face. Défaite 2-1 et élimination malgré tout pas honteuse.
 

Et le Mondial 2018 ?
 
Saint-Vincent-et-Grenadines a commencé fort en sortant le Guyana (2-2; 4-4), une équipe qui compte dans la zone CONCACAF. Le tour suivant n’est pas plus simple face à Aruba et ses joueurs évoluant aux Pays-Bas. Victorieux 2-0 à domicile, les Vincentais sont menés 2-0 au retour mais Telvin Slater marque à la 84e et envoie son équipe au tour suivant affronter du lourd: Etats-Unis, Trinité-et-Tobago ainsi que le Guatemala. Alors qu’il reste deux journées à jouer, les Antillais se savent déjà éliminés car ils ont autant de défaites que de matches (4). Pourtant, ils ont menés au score aux Etats-Unis (défaite 6-1) et contre Trinité-et-Tobago (défaite 3-2).
 

Qui sont les stars actuelles de l’équipe?
 
Les joueurs évoluant en Europe sont rare. Il y a le défenseur Reginald Richardson et Cornelius Stewart qui jouent en Finlande (Oulun Palloseura et PS Kemi) ainsi que Gavin James en D6 Anglaise (Maidenhead United). Parmi les joueurs qui comptent, on peut citer Oalex Anderson et Myron Samuel qui jouent pour la réserve des Seattle Sounders. Mais le buteur actuel de l’équipe se nomme Tevin Slater et joue pour Parham FC à Antigua-et-Barbuda.

 
Quel avenir pour la sélection?

 
Alors que les éliminatoires du Mondial Russe semblait dessiner un bel avenir, la Chaleur de Saint-Vincent a complètement loupée sa qualification à la Coupe Caribéenne des Nations finissant dernier d’un groupe regroupant la Martinique, Curaçao et la Guadeloupe. Comme à chaque bonne performance, l’équipe retombe dans ses travers par la suite. Espérons que la fin des qualifications au Mondial (un match contre les USA, l’autre au Guatemala) leur donne l’expérience nécessaire pour continuer à grandir et pourquoi pas un jour, comme les grands frères Jamaïcains ou Trinitéens, toucher au rêve d’une phase finale.000 habitants au Mondial, ça ferait bander!

 

Toopil