Yunis Abdelhamid, le lion du Stade de Reims

22
octobre
2019

Posté par Anthony G.

Posté dans En affiche / Flash FS / France / Ligue 1

0 Comments

Loin d’être connu du grand public, Yunis Abdelhamid est pourtant un grand artisan du très bon début de saison rémois. Comme le bon vin, celui qui a fêté ses 32 ans le mois dernier se bonifie et ce n’est pas son match de ce weekend contre Montpellier qui prouvera le contraire. Auteur d’une nouvelle prestation de qualité et également d’une tête rageuse sur corner offrant la victoire à son équipe, le longiligne défenseur central marocain montre qu’il faudra de nouveau compter sur lui cette saison.

 

Un parcours pas de tout repos

 

Le néo capitaine des lions de l’Atlas (7 sélections) n’aura pas eu carrière facile. Passé par le Montpellier Arceaux, l’ASPTT de Montpellier puis l’AS Lattes en tant qu’amateur, Yunis ne débute sa carrière professionnelle qu’à l’âge de 24 ans en signant l’AC Arles Avignon en 2011. Pensionnaire de Ligue 2, le club provençal lui donnera sa chance qu’après 17 journées de championnat, sous les ordres de Thierry Laurey. Dès lors, il deviendra indéboulonnable en charnière centrale et y compris au Valenciennes Football Club, où il signera à l’été 2014, jusqu’à en être le capitaine pendant plus d’une saison. Fraîchement promu dans l’élite en 2016, c’est au Dijon Football Club que le joueur marocain effectuera ses premiers pas en Ligue 1 sous la houlette d’Olivier Dall’Oglio. Une expérience toutefois mitigée qui l’emmènera à s’engager au Stade de Reims afin de regagner du temps de jeu à l’échelon inférieur. Un choix d’ailleurs payant puisque le club champenois remportera la saison suivante le titre de championde Ligue 2 et permettra à Yunis de retrouver l’élite avec, cette fois, toute la confiance de son actuel entraîneur David Guion, pour le résultat que l’on connait.

C’est donc tout logiquement que Vahid Halilhodzic, nommé sélectionneur du Maroc cet été, a de nouveau fait appel à lui tout en lui confiant également le brassard contre la Lybie le 11 octobre. Une récompense bien méritée pour celui qui aura cravaché toute sa carrière pour atteindre le haut niveau. Le lion du Stade de Reims est encore loin d’avoir rendu l’âme.