Swansea City, qui es-tu ? [7/8]

22
février
2015

Posté par Potatotohs

Posté dans Edito / En affiche / Flash FS / Premier League

0 Comments

Garry Monk : Le coaching dans le sang ?

monk

« Y’a un an, je m’asseyais sur le rang de derrière ! »

 

Le départ de Michael Laudrup reste un mystère. Le coach danois clame que le club était d’accord pour le garder mais que, quelques heures plus tard seulement, il a reçu un e-mail qui mettait un terme à son contrat. Selon lui, la direction n’a même pas accepté qu’il dise au revoir aux joueurs et au staff.

Pour le remplacer, le Président Huw Jenkins a choisi Garry Monk pour un intérim. Choix surprenant puisque Garry Monk obtiendra même le luxe d’avoir Kristian O’Leary, entraîneur de la réserve U21, comme préparateur dans son staff. Alan Curtis, 5ème buteur historique du club et parti intégrant du staff de Michael Laudrup, gardera son poste également.

Selon le Telegraph, les dirigeants de Swansea City avaient tenté de faire venir Graeme Jones pour remplacer Michael Laudrup. Il s’agit de l’adjoint de Roberto Martinez à Everton, et il était déjà son adjoint quand Roberto Martinez entraînait Swansea City. Mais ça ne s’est finalement pas fait.

C’est donc Garry Monk qui, 9 mois après avoir légué son brassard de capitaine à Ashley Williams, devient manager du club qui l’emploie encore comme joueur. Oui, son contrat de joueur se terminait normalement en juin 2015, mais c’est bel et bien en février 2014 que Garry Monk commence sa carrière de manager en entrant par la grande porte : la Premier League. Et il est sans doute inutile de préciser que l’homme, même pas âgé de 35 ans à l’époque, connaissait tous les joueurs du club et s’était peut-être même lié d’amitié avec beaucoup d’entre eux, ce qui pose un souci d’impartialité.

 

swansea fans

Devinez de qui ils sont fans

 

Mais la priorité du jeune manager anglais est bien sûr de remonter la pente et d’inverser la mauvaise tendance du club. Ce qui est sûr, c’est qu’il fait très bonne impression dès le premier match en aidant Swansea à remporter le derby gallois face à Cardiff City, 3-0.

En Ligue Europa, malgré un nul à domicile à l’aller face à Naples, Swansea ne fera vraiment pas le poids en Italie. Ils s’inclinent 3-1 et n’iront donc pas au-delà de ces 16èmes de finale de Ligue Europa, ce qui ressemble bien à la fin de saison entière du club.

Car, oui, elle sera frustrante. Après un départ compliqué, et malgré une volonté de jeu et de buts retrouvée, Swansea City va alterner très bons résultats, presque impressionnants, et défaites sur courte marge.

Mais les chiffres parlent d’eux-même et sont du côté de Monk par rapport à Laudrup. Sur les 14 matchs dirigés par Garry Monk, l’équipe des Jacks a marqué 1,79 buts et encaissé 1,36 buts en moyenne par match. En 24 matchs sous Laudrup, ce même groupe avait marqué 1,21 buts et encaissé 1,46 buts en moyenne par match. Donc l’efficacité offensive est de retour, et en plus avec une petite sécurité défensive supplémentaire ! Pour ce faire, Garry Monk a misé sur la stabilité qui avait échappée à Michael Laudrup cette saison-là.

 

COMPO MONK 2014

 

La défense et le gardien ne changent pas. Même si, avant sa blessure, la place de Vorm avait été remise en cause par Laudrup qui commençait à alterner entre lui et Tremmel. Au milieu, Leon Britton retrouve sa place de titulaire indiscutable qu’il avait perdu sous Laudrup. Après un petit moment de flottement et de légères blessures, Shelvey confirme qu’il reste titulaire dans la tête du nouveau coach. Sur le côté droit, Dyer perd peu à peu sa place au profit de De Guzman, pourtant utilisé dans l’axe du terrain par Laudrup. La place derrière l’attaquant est occupée par l’espagnol Pablo Hernandez même si son compatriote Michu a fait quelques piges. A gauche et devant, Routledge et Bony ont joué pratiquement tous les matchs de l’ère Monk 2013/2014 en tant que titulaires.

Cette saison-là, Swansea City termine à la 12ème place de Premier League. Le meilleur buteur du club est Wilfried Bony avec 16 buts en championnat alors qu’il n’a été titulaire que lors de 26 des 38 journées jouées par Swansea City. Il a aussi délivré 5 passes décisives. Toutes compétitions confondues, l’avant-centre ivoirien termine sur un total impressionnant de 25 buts et 8 passes décisives.

Juste avant la trêve estivale, Garry Monk est confirmé dans son rôle de manager. L’intérim se transforme alors en contrat pour l’anglais.

 

ki sung yeung

Ki Sung-Yueng à la Coupe du Monde au Brésil

 

Et l’été est beau pour Swansea City qui a 4 joueurs qui participent à la Coupe du Monde 2014. Aucun joueur du club n’avait participé à cette compétition depuis 1958, et ce n’étaient que des gallois à l’époque. Ici, il s’agit des néerlandais Vorm et De Guzman (prêté par Villarreal), de l’ivoirien Bony et du sud-coréen Ki (prêté à Sunderland lors de la saison 2013/2014).

D’ailleurs, ce dernier est la première recrue estivale du club en 2014 puisqu’il revient de ce prêt. Il a eu un grand succès à Sunderland et Garry Monk compte réellement sur lui pour la saison 2014/2015.

 

fabianski

Un polonais au Liberty Stadium !

 

Sentant le départ de son gardien, Swansea City a obtenu l’arrivée de Lukasz Fabianski, gardien polonais laissé libre par Arsenal. Dans la catégorie « joueurs libres », Swansea est aussi allé chercher Bafétimbi Gomis de l’Olympique Lyonnais. Un remplaçant à Bony ? Ce n’est pas le cas selon le club qui souhaite continuer avec l’ivoirien.

D’autant plus qu’à la mi-juillet, c’est Michu qui quitte le club en prêt pour rejoindre Naples. En effet, Swansea laisse partir un milieu/avant-centre pour laisser du champ à Gomis mais aussi faire de la place au milieu. Le club souhaitait faire revenir Sigurdsson, déjà Jack en prêt en 2012/2013. Pour cela, ils ont dû lâcher deux titulaires, Michel Vorm le gardien et Ben Davies le latéral gauche. Il s’agit effectivement d’un échange comme il en existe de moins en moins dans le football. Reste à deviner combien Tottenham a dû rajouter à Sigurdsson pour obtenir les deux Swans… On parle de plus de 7M d’€. Cette transaction-multiple est clairement l’un des transferts phares de l’été 2014 en Premier League.

Le lendemain, une révélation équatorienne de la Coupe du Monde 2014 signe pour 6M d’€. Il s’agit de l’ailier Jefferson Montero. A l’inverse, l’espagnol Pozuelo, très peu utilisé par Swansea City, rejoint le Rayo Vallecano gratuitement.

 

jefferson montero

Jefferson Montero… On dirait pas mais c’est l’un des plus beaux jours de sa vie !

 

A la mi-août, le phénomène qatari touche Swansea City puisque Chico Flores et Pablo Hernandez, pourtant très utilisés par les Jacks, partent pour rejoindre des clubs de l’émirat. Si ce dernier a déjà été remplacé par l’arrivée de Montero, les Jacks ont tout à coup cruellement besoin d’un défenseur central suite au départ de Chico et à la retraite logiquement anticipée de Garry Monk.

C’est Federico Fernandez, le défenseur argentin de Naples, qui arrive au Pays de Galles pour 12M d’€. Plus tard, Swansea City obtient le prêt du jeune milieu de terrain Tom Carroll de Tottenham et laisse partir Canas, du même poste, gratuitement à l’Espanyol Barcelone.

Eh oui, ça fait beaucoup de changements. Et Garry Monk sait qu’il sera attendu au tournant. Il se vante du soutien des supporters qu’il a et que les autres managers n’ont pas, mais il dit au Guardian à quelques jours du début de la Premier League :

 

« Beaucoup s’attendent à ce que j’échoue en tant que manager de Swansea City »

 

Paranoïa ou pessimisme, la saison est lancée. Et ce début de saison est exceptionnel pour Swansea qui gagne ses 3 premiers matchs de championnat. Mais les résultats vont s’affaisser brusquement jusqu’à en devenir très irréguliers par la suite. De plus, le parcours en coupe est décevant.

Offensivement, tout roule pour Swansea City mais défensivement, malgré une 9ème place de Premier League actuellement, l’équipe est au niveau des équipes qui se battent pour le maintien dans l’élite.

Le onze-type de la première partie de saison :

 

Swansea 2014 2015

 

Dans les buts, Lukasz Fabianski ravit les supporters des Jacks depuis son arrivée, tout comme le capitaine du club (également de la sélection galloise) Ashley Williams en défense. Federico Fernandez a été freiné dans son adaptation par une petite blessure mais il se prend au jeu. Neil Taylor et Angel Rangel se doivent d’avoir un rôle plus offensif pour s’adapter à la philosophie de Garry Monk. Au milieu, Ki est la même révélation qu’à Sunderland et il assure la récupération. Shelvey est quant à lui critiqué par son propre coach, et sa place a été remise en cause au milieu de cette première partie de saison. Sigurdsson est devenu indispensable derrière l’attaquant et les ailiers ne semblent pas être aussi efficaces que les saisons précédentes. En pointe, Bony, après un départ moyen, a retrouvé l’excellent niveau qu’il avait montré en 2013/2014.

Mais celui-ci organise son départ pendant la Coupe d’Afrique des Nations. Il rejoint Manchester City pour plus de 38M d’€. L’ivoirien est donc à la fois le plus gros achat et la plus grosse vente historique de Swansea City. A noter qu’il est le meilleur buteur de Premier League sur l’année civile 2014.

Cet hiver, les Jacks ont aussi recruté le latéral polyvalent de Tottenham : Kyle Naughton. Ce n’est pas donné puisqu’ils ont dû payer près de 8M d’€ à Tottenham pour les convaincre. Mais le jeune anglais pourra être en concurrence avec les deux latéraux de l’équipe. En outre, le milieu défensif Jack Cork rejoint Swansea depuis Southampton gratuitement et Nelson Oliveira arrive en prêt depuis Benfica.

 

COMPO MONK 2015

 

C’est donc le onze que Monk semble préférer depuis le mercato hivernal. Presque toute la défense est conservée à l’exception de Rangel qui passe sur le banc au profit de la recrue Kyle Naughton. Au milieu, Ki est évidemment titulaire depuis son retour de la Coupe d’Asie des Nations. C’est désormais la recrue Jack Cork qui l’accompagne. Jonjo Shelvey monte d’un cran sur le terrain, alors que Sigurdsson revient de suspension et se place côté gauche. Routledge, qui lui revient à peine de blessure, prend le côté droit. Et c’est Bafétimbi Gomis qui a pris le poste d’avant-centre depuis le départ de Bony.

Il faudra attendre pour voir si tout cela porte ses fruits, car la plupart des joueurs de ce onze viennent d’arriver, que ce soit parce qu’ils n’étaient pas au club avant, ou bien car ils ont été absents un moment entre janvier et février.

En tout cas, cette équipe reproduite à l’identique a permis de battre Manchester United ce week-end !

 

 

La suite demain…

 

Fabien.F