Swansea City, qui es-tu ? [5/8]

20
février
2015

Posté par Potatotohs

Posté dans Edito / En affiche / Flash FS / Premier League

0 Comments

De Paul Sousa à Brendan Rodgers : l’ultime effort

paul sousa

Paul Sousa ne sera pas resté bien longtemps…

 

Lors de la saison 2008/2009, il avait fallu moins de 6 mois pour que le portugais Paul Sousa se fasse limoger de Queens Park Rangers où il était en conflit avec la direction. Ce n’est pourtant pas ce qui l’a empêché de signer un contrat de 3 ans à Swansea City au début de l’été 2009. L’unique recrutement notable de Paul Sousa fut celui de Nathan Dyer, à l’époque âgé de 21 ans, en provenance de Southampton pour à peine 500,000 livres.

Et le lusophone va emmener Swansea City à sa plus haute place des 27 dernières années, et bien sûr à la plus haute place historique depuis la réforme des championnats de 1992 : Swansea City termine 7ème, soit une place au-dessus de celle obtenue par l’équipe de Roberto Martinez la saison précédente. Mais ce n’est toujours pas suffisant pour atteindre les play-off de Premier League.

De plus, la fin de saison est tragique pour les Jacks puisque Besian Idrizaj, attaquant albanais du club, est victime d’une crise cardiaque et disparaît à seulement 22 ans, deux semaines après la fin de la saison de Championship. Il est le dernier joueur à avoir porté le numéro 40 à Swansea City, et le club ne souhaite pas le réattribuer suite à ce drame.

Malgré le contrat qui le lie au club, Paul Sousa s’arrange avec la direction pour partir après seulement une saison au club. Il souhaite reprendre le club de Leicester City, se trouvant pourtant dans le même championnat que Swansea City. Décidément, quand on est missionnaire, c’est jusqu’au bout. Oui : il ne faudra que trois mois pour que Paul Sousa se fasse limoger de Leicester par la suite…

 

brendan

C’est une photo dossier ça Brendan…

 

Mais là n’est pas la question. C’est Brendan Rodgers qui est choisi pour remplacer Paul Sousa à Swansea City. Son nom vous dit forcément quelque chose aujourd’hui, mais à l’époque, le coach nord-irlandais n’avait jamais entraîné en Premier League.

Il arrive à Swansea après 7 mois d’inactivité. Il a connu une courte aventure à Reading mais ses mauvais résultats l’ont forcé à quitter le club. Il faut noter que Brendan Rodgers n’a signé qu’un contrat de 12 mois à Swansea.

On dit souvent qu’un joueur fait une équipe. Il y a encore quelques mois, Brendan Rodgers avait son Luis Suarez à Liverpool. Aujourd’hui, il lui manque. Eh bien, sachez qu’à l’été 2010, Brendan Rodgers s’était déjà trouvé un autre Suarez. Il s’agit de Scott Sinclair. Âgé de 21 ans au moment de son recrutement à Swansea, le jeune joueur anglais formé à Chelsea vient d’enchaîner 6 prêts pas très convaincants. Alors Chelsea décide de le vendre à Swansea City pour à peine plus d’un demi-million de livres. Et il explose. Lors de sa première saison, l’ailier gauche marque 27 buts toutes compétitions confondues.

Nul besoin de préciser que cette fois-ci, ce fut la bonne pour Swansea City. Ça y est, c’est un événement historique. Le club termine 3ème de Championship et gagne les play-off de montée à Wembley en battant Reading, l’ancien club de Brendan Rodgers… Swansea City devient le premier club gallois à intégrer la Premier League en 2011.

 

idrizaj

Au moment de célébrer la montée en Premier League, les Jacks n’oublient pas leur coéquipier décédé un an auparavant

 

Pour faire face au niveau du plus grand championnat du monde, Swansea City va commencer à sortir le chéquier sur le mercato. Michael Vorm, le gardien néerlandais, est d’abord recruté pour 2M d’€ et l’attaquant anglais Danny Graham de Watford arrive pour près de 5M d’€. Mais Swansea garde secret la plupart des autres montants de transferts, comme ceux de Routledge (Newcastle United) ou Moreira (Benfica).

La saison 2011/2012 est plutôt une réussite pour Swansea. Malgré un faible budget, le club termine à la 11ème place de Premier League et révèle même des joueurs.

 

Le onze-type de la saison 2011/2012 :

SWANSEA 2011 2012

 

Michael Vorm, fraîchement recruté, occupait alors les cages des Jacks. En défense, il s’agit là d’une armada composée de 75% de joueurs déjà là dans les divisions inférieures. Ashley Williams, international gallois, et Angel Rangel étaient présents depuis la League One. Neil Taylor, encore un international gallois, était arrivé au club en Championship. Steven Caulker est prêté par Tottenham pour pallier la perte de vitesse de Garry Monk, défenseur historique et expérimenté du club. Et, comme on a jamais assez de locaux dans une équipe, Joe Allen, gallois formé au club, évolue au milieu de terrain (de plus en plus bas au fil de la saison) à côté de l’anglais Britton. Les deux joueurs étaient également présents avant la montée en Premier League. Devant, Sigurdsson occupe le poste de meneur de jeu à partir du mois de janvier, en prêt de Hambourg. Dyer et Sinclair, eux aussi habitués du club, prennent les côtés tandis que Graham, recruté à Watford en Championship, est titulaire en pointe.

Swansea défie donc les codes de l’expérience puisque parmi les 11 membres du onze-type, seuls Sinclair et Graham avaient déjà brièvement goûté à la Premier League auparavant. Swansea City peut aussi être définie comme une équipe de repentis. Eh oui, beaucoup des joueurs cités se sont vu refuser la porte de clubs de Premier League avant de revenir par la petite porte et d’être titulaire chez les Swans, puis de finir 11ème. Scott Sinclair a été écarté par Chelsea bien sûr, mais aussi Ashley Williams par West Bromwich à l’âge de 16 ans ou encore Nathan Dyer bradé par Southampton en Championship.

A la fin de la saison, comme Roberto Martinez avant lui, Brendan Rodgers est contacté par un plus grand club. Il s’agit de Liverpool qui souhaite qu’il succède à Kenny Dalglish. Pour la 3ème fois consécutive, Swansea City perd un manager alors que tout allait pour le mieux. Mais cette fois-ci, Liverpool a du payer près de 9,5 millions d’euros à Swansea pour débaucher Rodgers et son staff.

 

 

La suite demain…

 

Fabien.F