Swansea City, qui es-tu ? [3/8]

17
février
2015

Posté par Potatotohs

Posté dans Edito / En affiche / Flash FS / Premier League

0 Comments

Nouveau siècle, nouvelles ambitions

petty

Ils ne l’aiment pas, ça c’est sûr 

 

Les années 2000 de Swansea vont commencer de façon bien étrange. A l’issue de la saison 2000/2001, le club est relégué en 4ème division anglaise. Les pertes du club s’étendent à plus de 800,000 livres sur la saison passée. Ninth Floor, la compagnie londonienne propriétaire du club, ne peut pas supporter ces pertes. Ils vendent le club pour un livre symbolique et 20% de la revente, ainsi que la promesse de rembourser les prêts. C’est Mike Lewis, directeur général du club, qui reprend le club. 3 mois plus tard, il passe la main à Tony Petty, déjà dirigeant du club australien de Brisbane. Là encore, il n’y a pas d’argent dans la transaction mais Tony Petty s’engage à payer les fameux 800,000 livres de prêts toujours en suspens.

Il va très vite devenir très impopulaire. Il limoge beaucoup de joueurs du club et se met les supporters à dos. De plus, il promet la banqueroute du club, qui ne lui rapporte rien à cause de mauvais résultats sportifs. Mais Mel Nurse, ancien joueur et dirigeant du club, a senti venir le coup. Après avoir démissionné de la direction, il est soutenu par les supporters lorsqu’il crée un consortium pour sauver le club. Mais Tony Petty promet qu’il ne vendra pas le club à Mel Nurse et qu’il préfère que le club fasse banqueroute. D’ailleurs, fin janvier 2002, le club est obligé d’emprunter de l’argent à la fédération pour payer les salaires des joueurs. C’est la plus grande crise que Swansea ait connu.

 

mel nurse

Le sauveur de Swansea City, Mel Nurse

 

Mais le duo Jim Moore/Mel Griffin, sauveurs de Hull City, vient en aide à Mel Nurse. Ils parviennent à convaincre Tony Petty de leur vendre le club, ce qu’il fait. Jim Moore et Mel Griffin restent alors 3 semaines à la tête du club pour laisser le temps à Mel Nurse de s’organiser financièrement. A la fin des 3 semaines, Jim Moore et Mel Griffin revendent le club au consortium de Mel Nurse pour un livre symbolique. Après leur travail à Hull City, ils sont devenus de fervents défenseurs des clubs gérés par les locaux, et c’est pour ça qu’ils ont aidé Mel Nurse à prendre le pouvoir.

Il faudra néanmoins du temps pour que Swansea City se relève. La saison suivante, le club termine 21ème de 4ème division… C’est la pire place du club depuis qu’il a intégré les 4 premières divisions du football anglais. En 2004/2005, les Jacks jouent leur ultime saison au Vetch Field, stade qu’ils occupaient depuis la fondation du club.

 

 

Liberty Stadium (2005-)

liberty stadium

Avec une capacité de 20 827 personnes, le Liberty Stadium est le 19ème stade de Premier League

 

En 2003, la nécessité d’une nouvelle enceinte dans la ville de Swansea est criante. L’ancienneté du Vetch Field ne permet pas à Swansea City de s’assurer un avenir au sein de ce stade. Mais à Swansea, il y aussi du rugby. Quatre franchises galloises de rugby, dont celle de Swansea et ses alentours nommée Ospreys, s’apprêtent à intégrer la Celtic League. C’est l’un des trois meilleurs championnats de rugby d’Europe qui réunit des franchises galloises, écossaises, irlandaises et même italiennes depuis 2010. Ospreys ne peut pas se permettre de rester à St Helen’s ou The Gnoll, deux autres stades à Swansea, qui sont encore plus petits que le Vetch Field de Swansea City.

Mais ni Swansea City ni les Ospreys (= rapaces) n’ont les moyens de faire construire un stade à Swansea. C’est donc la ville qui a pris les choses en main en lançant le projet d’un nouveau stade. Elle décide de démolir le Morfa Stadium, stade d’athlétisme, pour dépenser 27 millions de livres dans la construction d’un stade qu’occuperont Swansea City et les Ospreys.

 

ospreys

Avec Hull City, Swansea City est le seul club de Premier League à partager un stade avec un club de rugby

 

Et c’est en 2005 que les deux clubs peuvent inaugurer le stade. Cette année-là, Swansea City vient d’intégrer la League One (3ème division) alors que les Ospreys viennent d’être sacrés champions de Celtic League. C’est donc sous les meilleures augures que se présente l’avenir des deux clubs. Quelques mois après l’inauguration du White Rock Stadium ou New Stadium Swansea, celui-ci est renommé « Liberty Stadium ». Il ne s’agit pas là d’une invention mais d’un simple naming qui rapporte de l’argent à la ville, propriétaire du stade.

A noter que Swansea City est l’un des rares clubs anglais/gallois qui n’est pas propriétaire de son stade. En Premier League, le cas se représente pour Hull City et Manchester City.

 

La suite demain…

 

Fabien.F