La sauce Tedesco

07
juin
2018

Posté par Malilon

Posté dans Allemagne / En affiche / Etranger / Flash FS

0 Comments

Voilà maintenant quatre années que Schalke 04 ne cesse de changer de coach. Après le départ de Jens Keller en 2014 suite à un mauvais début de saison, différents entraîneurs se sont succédé, mais aucun n’a réussi à redonner à Schalke son niveau d’antan. Roberto Di Matteo, André Breitenreiter, et Markus Weinzierl n’ont pas réussi à qualifier l’équipe en Champions League et ont été licenciés chacun leur tour après une année d’exercice seulement. Mais il y a douze mois, le club a annoncé la signature d’un homme répondant au nom de Domenico Tedesco.

Un gros chamboulement

Un an auparavant, même les plus fervents supporters de Bundesliga ne connaissaient pas cet homme. Le jeune coach, aujourd’hui âgé de 32 ans seulement, n’avait entraîné que dans les académies du VfB Stuttgart et du TSG 1899 Hoffenheim avant un bref passage à Erzgebirge Aue. Il est inutile de préciser que lorsque l’arrivée de Tedesco a été annoncée, les supporters et les joueurs ont tous été très surpris. Mais bien rapidement, le nouvel entraîneur de l’équipe de Gelsenkirchen a su se faire respecter dans le vestiaire. Cela lui a permis d’imposer sa philosophie et ses idées efficacement.

En donnant le brassard de capitaine au gardien Ralf Fährmann, le coach prodige a trouvé un bon intermédiaire entre ses joueurs et lui-même. Cela lui a permis d’exploiter tout leur potentiel dès le départ. En misant sur des éléments majeurs tels que Naldo, Leon Goretzka, Daniel Caligiuri, ou encore Guido Burgstaller, Tedesco a vite donné le ton. Certains ont également vu leur fonction évoluer au fil des semaines. Cela a été le cas de Benjamin Stambouli qui a reculé sur le terrain pour un tout nouveau rôle de défenseur central ou Max Meyer qui s’est habitué à jouer en tant que milieu défensif. Il est intéressant de noter que ces changements ont été bénéfiques aux deux joueurs qui se sont sublimés à ces postes. Le jeune Domenico a donc prouvé qu’il sait utiliser tout le potentiel de ses joueurs correctement.

Simple mais efficace

L’une des particularités dans le jeu de Schalke depuis l’arrivée de Tedesco est la mise en avant de l’efficacité à la place du beau jeu. Lors de la dernière saison, Schalke a remporté 18 matchs en championnat. Or, exactement la moitié d’entre eux se sont terminés avec un seul but d’écart. Certaines personnes ont alors critiqué le manque de spectacle lors de certaines rencontres. Mais le tacticien s’est néanmoins toujours défendu sur ce sujet. Il a déclaré dans une conférence de presse qu’il n’avait pas à s’excuser pour le style de jeu de son équipe alors qu’elle gagne. Il a ajouté que ses joueurs ne se contentaient pas de se passer la balle dans leur moitié du terrain. La possession du ballon n’est par conséquent clairement pas une priorité pour Tedesco et il l’a toujours clamé haut et fort.

Mais cette efficacité et ce pragmatisme sur le terrain n’empêchent en rien la présence d’une certaine fantaisie chez les Königsblauen. En effet, l’un des matchs les plus marquants en championnat cette saison a été le fameux derby contre le Borussia Dortmund (4-4) où Schalke s’était pris quatre buts en moins d’une demi-heure de jeu. Mais cela n’a pas empêché les hommes de Tedesco de remonter au score et d’inscrire quatre buts à leur tour. Ainsi, le coach a prouvé qu’il sait faire comprendre à ses joueurs quelle mentalité il faut avoir pour quel match. C’est une qualité que l’on retrouve chez les grands coachs.

Miser sur  la jeunesse

Un autre point fort dans le coaching de Tedesco est l’utilisation des jeunes joueurs du club. Il est possible de prendre l’exemple de Weston McKennie. Ce dernier commence à se faire une place dans le milieu de terrain malgré la présence de gros calibres tels que Meyer ou Goretzka. Auteur de prestations très convenables, le jeune américain trouve souvent du temps de jeu en rentrant en cours de match et parfois même en tant que titulaire. Au final, avec un total de 25 matchs joués (toutes compétitions confondues), McKennie voit ses capacités se révéler au fur et à mesure. Thilo Kehrer, lui aussi à peine âgé de la vingtaine, est le troisième joueur de champ ayant passé le plus de temps sur le terrain lors de la dernière saison (juste derrière Naldo et Caligiuri). En jouant aux côtés de défenseurs confirmés, Kehrer voit son jeu se développer et est décisif plus d’une fois dans la charnière centrale de l’équipe. Nul doute que cette petite pépite allemande trouvera ses marques sur le long terme en devenant un membre essentiel dans les projets du coach.

Mais s’il y a bien un joueur qui s’est vu exploser durant les derniers mois, c’est bien Amine Harit. Le jeune joueur marocain a d’ailleurs été élu comme étant la révélation de la saison en Bundesliga. Il est actuellement sélectionné pour aller en Russie avec ses compatriotes et est l’un des joueurs les plus populaires dans son pays. Cela est logiquement possible grâce à sa superbe saison en club où il joue très bien son rôle de milieu offensif en servant de relais à ses coéquipiers en attaque. Schalke a toujours été un club qui mise énormément sur les jeunes et la tradition semble continuer sous le coaching de Tedesco.

De nouveaux défis

En finissant à la place de dauphin derrière le Bayern Munich, les hommes de Tedesco décrochent bien entendu une place pour la prochaine Champions League. Les enjeux seront donc encore plus importants que ceux de la saison qui vient de s’achever. En jouant une compétition de plus, le club de Schalke devra se montrer encore meilleur pour pouvoir suivre un rythme plus élevé. L’enjeu majeur pour Tedesco sera de faire en sorte que le fait de jouer une compétition européenne en cours de semaine n’affectera pas les résultats en championnat. Ce ne serait pas la première fois qu’une équipe n’arrive pas à joindre les deux bouts à force de combattre sur tous les fronts (l’exemple le plus récent est le Borussia Dortmund).

Concernant les dirigeants du club, il leur faudra sans doute sortir le chéquier cet été, surtout après les départs de Meyer et Goretzka. Malgré la présence de piliers comme Naldo, Burgstaller, et Fährmann, il faudra monter d’un cran pour jouer de nouveau les premières places. Le milieu de terrain est à reconstruire et les autres postes sont à renforcer afin d’embêter les grands clubs européens. Le tacticien allemand devra donc une fois de plus s’adapter à de nouvelles conditions et inculquer sa vision du jeu à de potentielles nouvelles recrues.

Ismaïl H.