Une saison à oublier pour Lorient

01
juin
2017

Posté par Pierre

Posté dans En affiche / Flash FS / Ligue 1

0 Comments

Au moins, cette fois-ci, le choix n’aura pas traîné. Si en novembre dernier, Loïc Féry avait mis trois semaines à désigner le successeur de Sylvain Ripoll en nomment Bernard Casoni, il a immédiatement acté la venue de Mickaël Landreau. L’ancien gardien nantais devient donc le premier coach de la décennie à entraîner le FC Lorient en Ligue 2.

 

Après une saison particulièrement difficile, les Lorientais ont été relégués en Ligue 2 lors des barrages contre l’ESTAC. Le but encaissé par Benjamin Lecomte à la 91e minute du match aller aura changé beaucoup pour le club morbihannais. Mais ce n’est pas le seul évènement qui aura fait pencher la balance. Revenons sur cinq moments marquants de la saison 2016-2017.

 

La série de quatre défaites pour démarrer la saison

Après vingt premières minutes très positives, le FC Lorient plonge complètement sur la pelouse du SM Caen (2-3) après l’exclusion de Zargo Touré (26′) alors que les Morbihannais menaient alors (2-0). Son début de saison difficile se poursuit à domicile contre le SC Bastia (0-3) avec les mêmes causes pour les mêmes conséquences : le carton rouge de Didier Ndong pour son dernier match sous les couleurs bretonnes.

La suite n’est pas meilleure. S’il n’y a plus d’expulsion pour les joueurs, la colonne des buts marqués reste toujours bloquée à 2 avec la défaite à Marseille (0-2) puis face à Nancy (0-2). La série s’arrêtera enfin à la mi-septembre face à Lille et une victoire sur la plus petite des marges (1-0), grâce à un but sur penalty de Benjamin Moukandjo (76′). Autant dire que le spectacle est loin d’être au rendez-vous.

 

Le match à Nice en octobre 2016

Lors de ce déplacement à Nice, le FC Lorient se rend chez le leader du championnat de Ligue 1. Dominateurs face à des Sudistes certainement fatigués après un match de coupe d’Europe, les Lorientais réussissent à revenir à hauteur des Niçois. Encore une fois, c’est Moukandjo (62′) qui marque pour les Merlus et égalise alors (1-1). En fin de match, Mario Balotelli empêche les Bretons de rentrer avec le point du nul et confirme la place de son équipe (86′).

Dans le jeu, les Lorientais ont montré qu’ils avaient la capacité de déranger les meilleures équipes du championnat. Quelques mois plus tard, ils sortiront les Niçois de la Coupe de France au Moustoir (2-1).

 

La double confrontation avec Lyon

À l’aller, le FC Lorient n’a alors que trois points inscrits face à Lille (1-0) et accueille l’Olympique Lyonnais. Le contenu du match n’est pas spécialement mémorable mais le but de Jimmy Cabot (50′) offre une grande bouffée d’oxygène au club, toujours entraîné par Sylvain Ripoll, après une première mi-temps de grande classe de Benjamin Lecomte qui a permis au club de rester dans la course.

Au retour, c’est après deux victoires à Nancy (3-2) puis face à Caen (1-0) que les joueurs désormais dirigés par Bernard Casoni se déplacent en terre lyonnaise. Contrairement à d’autres matches dans la saison, les Bretons n’ont pas lâché après le but de Corentin Tolisso (28′). Juste avant la pause, Majeed Waris redonne l’espoir à son équipe alors que, juste à la reprise, c’est Sylvain Marveaux (48′) qui donne l’avantage à Lorient. La fin de match est à l’avantage des coéquipiers de Benjamin Moukandjo. Le buteur inscrit deux buts, bien aidé par une défense lyonnaise dépassée (73′, 80′). À ce moment-là, beaucoup pense que Loïc Féry et Bernard Casoni vont réussir leur pari…

 

Le carton face à Metz

Deux semaines plus tard, les Morbihannais accueillent Metz dans une position de barragiste. Ils réalisent leur plus gros carton de la saison en dominant (5-1) les Messins grâce à quatre buteurs différents : Michaël Ciani (13′), Majeed Waris (49′), Jimmy Cabot (60′, 66′) et Benjamin Moukandjo (78′). Encore une fois, c’est quand Lorient a réussi à se sortir d’une situation compliquée (et l’égalisation de Cheick Diabaté sur penalty à la demi-heure de jeu) qu’ils ont effectué un carton ! Fébriles en première période, ils ont été métamorphosés à la pause en inscrivant quatre buts après le repos. À l’issue du match, les Bretons ont maintenant deux points d’avance sur le barragiste et il reste quatre journées…

 

Le but de Nivet lors du barrage aller

Un mois plus tard, Lorient se retrouve barragiste à la dernière seconde de la dernière journée, suite à l’égalisation caennaise sur le terrain du Paris Saint-Germain (1-1). Les barrages, des matches couperêts, ne sont pas les plus simples pour le groupe de Bernard Casoni. Si le match à Troyes n’est pas d’un grand niveau, les Bretons remercient Majeed Waris d’égaliser à moins de dix minutes du coup de sifflet (82′).

C’est le but de Benjamin Nivet (90’+1) qui permet aux Troyens de venir au Moustoir, pour le match retour, avec pour seul objectif de défendre. Les nombreuses occasions lorientaises (Moukandjo sur le poteau, Moukandjo au-dessus, Waris à côté, Ciani sur le gardien…) n’empêcheront pas les Troyens de conserver leur petite unité d’avance et de valider la montée en Ligue 1. De son côté, Lorient retrouve la Ligue 2, onze années après l’avoir quittée…

 

Pierre LG.

 

Crédit photo : Ouest-France