Retour sur la première partie de la saison en Ukraine

04
mars
2015

Posté par Pierre LG

Posté dans Autres championnats / En affiche / Flash FS

0 Comments

La trêve hivernale vient de prendre fin ce 27 février avec le match d’ouverture de la deuxième moitié de la saison entre le Tchernomorets Odessa et l’Illitchiviets Marioupol. Tout comme la saison dernière, cette saison 2014-2015 est tout sauf ordinaire ! Non seulement, elle est la première à être organisée sous le nouveau format du championnat, mais surtout la situation géopolitique dans le pays ne tend pas réellement à la réjouissance, loin de là, mais est bien en train de menacer la bonne pratique du football dans les différentes villes du pays.

 

Cinq clubs sur les quatorze sont basés dans les zones séparatistes qui sont également des zones de guerre de l’Ukraine. Trois clubs à Donetsk, un à Lougansk et un dernier à Marioupol, tous les matchs à domicile de ces clubs de l’Est de l’Ukraine ont du être délocalisés et continuent de l’être. Ces matchs se déroulent par ailleurs dans une ambiance bien calme et peu excitante comme celle des matchs amateurs. Cependant, sur le plan des résultats, ces équipes de l’Est s’en sortent dans l’ensemble plutôt bien.

 

Retour donc sur la première partie de la saison (match d’ouverture de la deuxième partie exclu), bien loin de ressembler à celle des années précédentes ! Le bilan club par club d’avant-trêve.

 

1er – Dynamo Kiev – 36 points

 

Le Dynamo Kiev a réalisé un fantastique début de saison. 11 victoires et 3 matchs nuls, c’est le bilan éloquent de cette équipe de légende du football ukrainien alors que ce club semblait sur le déclin ces dernières années. Le Dynamo domine le championnat ukrainien comme il n’a pas été capable de le faire ces dernières saisons. Victorieux du Chakhtar, du Dnipro ainsi que du Metalist, les hommes de Rebrov semblent marcher sur leurs concurrents et ont cinq points d’avance sur leur dauphin, le Chakhtar, et huit sur le Dnipro. Le message est très clair : cette saison, le titre est pour eux. Le Dynamo Kiev est emmené par sa star Andriy Yarmolenko sur une belle dynamique et en très grande forme et possède la meilleure attaque de la ligue. Outre l’omniprésent Yarmolenko, Sidortchouk, révélation de la sélection ukrainienne aux éliminatoires de l’Euro 2016, est devenu pleinement titulaire et effectue son rôle de stabilisateur du jeu tandis que Kravets, Jeremain Lens et Mbokani se montrent formidables sur le secteur offensif. Avec un style de jeu très physique et tourné vers l’attaque, Rebrov semble avoir trouvé la bonne formule. En témoignage, le Dynamo est devenu leader après avoir écrasé le Dnipro à Dnipropetrovsk après être venu à bout du Chakhtar Donetsk. C’est donc un leader en pleine confiance qui aborde la deuxième partie de la saison. Le Dynamo pourra-t-il conserver son avance en championnat ? Réponse sur le terrain dès le premier match important face au Metalist Kharkov ! Souhaitons-leur également de bien poursuivre leur parcours en Ligue Europa pour redonner un peu le sourire à un football ukrainien en pleine déprime.

 

2e – Chakhtar Donetsk – 31 points

 

Superpuissance footballistique de l’Ukraine depuis plusieurs années, le Chakhtar ne peut pas jouer ses matchs à Donetsk et joue dans l’ensemble ses matchs à Lviv, mais aussi quelques uns à Kiev. Sur la première partie de saison, le Chakhtar avait parfaitement débuté avant que le rouleau compresseur de l’Est ne se détraque totalement. Leader du pays, le Chakhtar a connu un brutal coup d’arrêt « à domicile » face à un autre club de l’Est, le Zarya Lougansk, puis a ensuite enchaîné les mauvais résultats avec une défaite face au Dynamo qui a relégué le club à la troisième place. La mauvaise série n’était pas finie, le Chakhtar s’inclinant contre son rival du Metalurg Donetsk (par ailleurs joué en dehors de la ville) et enchaînait avec un match nul « à domicile » contre le Dnipro. Il ne s’est emparé de la deuxième place qu’au bénéfice de trois victoires aux derniers matchs et de plusieurs contre-performances du Dnipro durant les dernières journées. C’est une première partie de saison en dessous des attentes pour les hommes de Lucescu. Leur équipe semble avoir manqué de créativité et de solutions face aux blocs regroupés des adversaires. Donetsk ne manque pourtant pas de grandes individualités de la sélection ukrainienne et d’autres joueurs talentueux, notamment des Brésiliens. Andriy Pyatov, Luiz Adriano, Viatcheslav Chevtchouk, Alex Teixeira, Benard, Yaroslav Rakitski, Aleksandr Koutcher, Taras Stepanenko ainsi que tous les joueurs du Chakhtar devront passer à la vitesse supérieure pour conserver leur titre.

 

3e – Dnipro Dnipropetrovsk – 28 points

 

Puissance montante du football ukrainien depuis plusieurs années, le Dnipro Dnipropetrovsk a longtemps viré en tête du championnat durant la première moitié de la saison avec un seul nul concédé en neuf journées. Emmené par un Konoplyanka considéré au même titre que Yarmolenko comme le présent et l’avenir de la sélection d’Ukraine, ça semblait se diriger vers la bonne saison pour le Dnipro. Bruno Gama réalisait un début de saison canon. Pourtant, le Dnipro s’est par la suite effondré et montré en panne d’inspiration. Cet effondrement a débuté par une très lourde défaite à domicile contre le Dynamo, cédant la première place à ce-dernier. Durant ce match, les coéquipiers de Konoplyanka se sont tout simplement fait écraser par ceux de Yarmolenko. À la suite de cette déconvenue, le nul ramené de Lviv face au Chakhtar aurait pu être un bon résultat, mais Dnipropetrovsk a enchaîné avec deux nuls à domicile contre le Goverla Zakarpattya et le Metalurg Donetsk puis une défaite face au Zarya Lougansk. Cette chute soudaine laisse beaucoup d’interrogations. Pourquoi Zozoulia, en voie de perdre son poste au profit de Kalinic, ne marque-t-il plus ? Où est passé Bruno Gama qui a complètement disparu après un début de saison tonitruant ? Pourquoi Matheus a-t-il un rendement moindre que durant les dernières années ? Sans compter le fait que Konoplyanka, omniprésent et très talentueux, est en train de stagner et estime qu’il lui faut quitter l’Ukraine pour progresser davantage. Il a décidé de ne pas prolonger son contrat qui expirera à la fin de la saison. Pour le Dnipro, le beau succès en seizièmes de finale de la Ligue Europa contre l’Olympiakos au cours duquel il s’est montré très séduisant semble avoir installé un début de belle dynamique. Il en aura besoin s’il veut rattraper son retard sur le Dynamo et le Chakhtar.

 

4e – Metalist Kharkov – 22 points

 

Candidat régulier aux places disponibles pour la Ligue des champions et grand défenseur de l’Ukraine en Europe durant ces dernières années, le Metalist Kharkov est quatrième du championnat avec un match en mois à rattraper contre le Tchernomorets Odessa après avoir complètement manqué son entrée mais su revenir dans le tournoi durant les derniers matchs. En effet, malgré une victoire initiale sur le Zarya Lougansk, il s’en suivit deux défaites contre le Dynamo à domicile et le Chakhtar à l’extérieur ainsi qu’un troisième lourd revers à domicile face au Dnipro et quatre nuls concédés au Metalurg Donetsk, au Karpaty Lviv, au Vorskla Poltava et à l’Olimpik Donetsk. En dix matchs seulement donc en un tiers de saison, le Metalist avait quasiment réalisé autant de contre-performances qu’à la saison passée. Cependant, trois victoires sur les trois derniers matchs ont permis au Metalist de recoller au classement. Un renouveau ? Possible et les deux matchs à venir du Metalist contre le Dynamo Kiev et le Chakhtar Donetsk une semaine après permettront de se faire une meilleure idée des progrès du club. Fait bien connu avec le Metalist Kharkov, le club a été frappé de plein fouet par la crise d’Ukraine avec un propriétaire en fuite, des salaires non payés, des difficultés financières et une grosse perte d’effectif. Il est en effet difficile pour le club de digérer les départs de Marlos, Cristaldo, Azevedo, Sosa, Blanco, Gomez et bien d’autres encore. Le Metalist garde néanmoins quelques atouts à commencer par l’international ukrainien d’origine brésilienne Edmar, indispensable, mais aussi Cleiton Xavier, Jaja ou encore Villagra. Un effectif suffisant pour que le Metalist, toujours compétitif, puisse continuer de remporter des victoires, mais plus qu’à l’échelle ukrainienne avec une place en Ligue Europa dans le viseur. Gros point noir, le parcours calamiteux du Metalist en Ligue Europa avec six défaites en autant de matchs.

 

5e – Olimpik Donetsk – 22 points

 

L’Olimpik Donetsk, qui a la particularité d’avoir l’un de ses joueurs, Vladislav Guelzine, comme président, était un promu qui devait lutter pour le maintien. Eh bien non, il lutte désormais pour les places européennes avec une excellente cinquième place à égalité de points avec le Metalist mais un match de plus et une différence de buts défavorable et plus que défavorable. L’Olimpik Donetsk constitue l’excellente surprise de cette première partie de saison ukrainienne mais il dispose de l’une des pires différences de buts du championnat ! Comment se fait-ce alors qu’il classé soit cinquième sur quatorze ? L’explication est simple. Avec l’Olimpik Donetsk, c’est un peu le tout ou rien. Lorsque l’équipe, elle perd vraiment. En effet, les quatre défaites que totalise l’Olimpik sont par plus de quatre buts d’écart dans l’ordre contre le Tchernomorets, le Chakhtar, le Dnipro et le Volyn (0-4 , 0-5, 0-5, 0-4) ! En revanche, l’Olimpik a déjoué les pronostics à plusieurs reprises comme en battant le Zarya Lougansk, le Metalurg Donetsk, le Tchernomorets Odessa et surtout en allant chercher le point du nul sur les pelouses du Dynamo Kiev et du Metalist Kharkov. Le promu marque certes peu de buts et en encaisse une quantité astronomique, mais il est réellement l’excellente surprise de cette première partie de saison, la belle lumière d’un championnat en pleine et inévitable régression face à la situation actuelle de l’Ukraine.

 

6e – Zarya Lougansk – 21 points

 

Ce club de Lougansk aurait pu connaître une saison extrêmement difficile non seulement à cause de la guerre sur ce territoire situé en pleine zone pro-russe entraînant une obligation de délocalisation. Les départs de Danilo, Sunjic et Boli auraient pu poser davantage de problèmes. Au delà des espérances, le Zarya a un réalisé un bon début de saison et a par ailleurs été très proche de voir la phase de groupes de la Ligue Europa. En championnat, malgré deux premiers matchs difficiles avec une défaite à domicile contre le Metalist suivie d’une autre chez l’Olimpik, le Zarya a obtenu plusieurs bons résultats dont un très bon match nul contre le Dynamo Kiev et deux victoires sur le Chakhtar Donetsk et le Dnipro Dnipropetrovsk. Lougansk tentera donc d’accrocher les places européennes et la réception « à domicile » de l’Olimpik qui a juste un seul point de plus que lui sera un match de très grande importance dans cet objectif.

 

7e – Volyn Loutsk – 20 points

 

Le Volyn Loutsk restait sur huit défaites consécutives en fin de saison dernière et il y avait des raisons de penser que ce club de l’Ouest de l’Ukraine, bien que relativement épargné par les troubles dans le pays, jouerait le maintien. Après un début de championnat très poussif avec trois défaites suivant un petit succès sur rois l’Illitchiviets Marioupol, le club a recollé depuis et a gagné suffisamment de points pour prétendre aux places européennes. Trois victoires dans les quatre derniers matchs sur l’Olimpik Donetsk, le Metalurg Donetsk et l’Illitchiviets Marioupol ont totalement lancé Loutsk vers l’inattendu. La ville occidentale n’a concédé ou arraché que deux nuls et à l’exception d’une défaite contre le Karpaty Lviv a battu les clubs considérés sur le papier inférieurs tout en perdant contre les clubs considérés sur le papier supérieurs. Toutefois, le Volyn Loutsk va avoir fort à faire dès la reprise : un déplacement à Dnipropetrovsk pour affronter le Dnipro !

 

8e – Vorskla Poltava  18 points

 

Le Vorskla Poltava s’impose depuis plusieurs années comme une équipe du milieu de tableau ukrainien difficile à manier et n’a pas changé. Poltava marque peu de buts tout comme il en encaisse peu. Les hommes de Satchko n’ont pas encaissé plus de deux buts par match à la seule exception de la rencontre contre le Dynamo. Ce même Dynamo s’était péniblement imposé à domicile sur le plus petit score tout comme le Chakhtar Donetsk qui a du renverser le score en toute fin de match. Le Dnipro et le Metalist n’ont quant à eux pu obtenir qu’un match nul. Vorskla pose donc des problèmes aux cadors mais il lui reste à savoir remporter les matchs à leur portée ce qu’il n’a pas su réaliser à domicile contre l’Illitchiviets, pourtant lanterne rouge du championnat.

 

9e – Tchernomorets Odessa – 15 points

 

En perdition. Ces deux mots suffisent à décrire le Tchernomorets Odessa de ces derniers mois. Ce club, aux côtés du Metalist Kharkov et du Dnipro Dnipropetrovsk, était l’un des symboles de la progression ukrainienne de ces dernières années avec un seizièmes de finale de Ligue Europa en 2014 et deux saisons ukrainiennes plus qu’honorables depuis trois ans. Néanmoins, au commencement de la crise ukrainienne, le Tchernomorets Odessa avait fait parler de lui lorsque de nombreux étrangers du club étaient sur le départ, notamment le Franco-Ivoirien Franck Dja Djédjé. Aujourd’hui, malgré une victoire écrasante sur l’Olimpik lors de la première journée, le Tchernomorets concède de très nombreux nuls à cause d’une efficacité offensive quasi-nulle. Si Grigortchouk fait son possible, le Tchernomorets, en pleine reconstruction, va devoir sérieusement cravacher pour espérer retrouver l’Europe dans les prochaines années.

 

10e – Metalurg Donetsk – 14 points

 

Le Metalurg Donetsk a été exclu de toutes compétitions européennes pour une durée de trois ans pour être contrevenu aux règles du fair-play financier. Il ne se bat donc pas pour les places européennes, mais pour le maintien et pourquoi pas briller même en temps de crise. Le Metalurg, sixième de la saison dernière, est un cran en dessous cette saison mais continue de bousculer les gros. Le Metalurg s’est notamment offert le luxe de battre son voisin du Chakhtar dans le derby les opposant, preuve qu’il reste difficile à jouer. Autres bons résultats, les deux nuls pris sur les pelouses du Metalist Kharkov et du Dnipro Dnipropetrovsk.

 

11e – Metalurg Zaporojé – 12 points

 

Sans pouvoir réellement prétendre plus, le Metalurg Zaporojé a battu les trois clubs les moins bien classés du tableau. De quoi aborder sereinement et sans pression la deuxième partie de la saison. L’équipe s’est également offerte trois autres points avec trois matchs nuls contre le Metalurg Donetsk, l’Olimpik Donetsk et le Tchernomorets Odessa. Pour le club, l’objectif est de ne pas descendre en division inférieure et pour l’instant, c’est en bonne voie compte tenu à la fois du nouveau format et de l’avance sur les poursuivants directs. Il lui reste à bien négocier les matchs retour.

 

12e – Goverla Zakarpattya – 9 points

 

Comme le Metalurg Zaporojé, le Goverla Zakarpattya est l’un des concurrents pour le maintien et il s’en sort plutôt bien. Avec neuf marqués et neuf points, il dispose d’une certaine avance sur le Karpaty Lviv et l’Illitchiviets Marioupol. C’est une victoire contre le Metalurg Donetsk et six matchs nuls qui permettent au Goverla de croire au maintien. Cependant, il pourra s’en vouloir d’avoir grillé de nombreux jokers, à commencer par cinq points perdu contre le Karpaty Lviv, mais aussi un nul concédé contre l’Illitchiviets Marioupol et une défaite subie sur la pelouse du Metalurg Zaporojé. Il lui faudra ne pas manquer son entrée à domicile contre ce même Metalurg, concurrent direct !

 

13e – Karpaty Lviv – 4 points

 

Tous les clubs ne luttent pas que sur le terrain. D’autres ont à lutter à l’extérieur. Le Karpaty Lviv, à cause de problèmes de contrats avec ses joueurs, s’est vu retirer neuf points et a mis du coup longtemps avant de s’extraire du statut de lanterne rouge ! À l’exception d’une raclée sur la pelouse du Dnipro, Lviv a posé des problèmes à la quasi-totalité des clubs de première ligue. Avec quatre victoires et quatre nuls obtenus dont trois contre le Tchernomorets, le Metalist et surtout sur la pelouse du Dynamo, le Karpaty s’est totalement relancé et vient de quitter la dernière place.

 

14e – Illitchiviets Marioupol – 3 points

 

Excepté les problèmes du Karpaty, il semble bien difficile d’imaginer quelque chose qui puisse sauver l’Illitchiviets Marioupol. Le club, comme la quasi-totalité de ceux de Marioupol, connaît une saison infernale. Aucune victoire, trois matchs nuls. Les seuls motifs de consolation peuvent être que les nuls ont été arrachés au Tchernomorets Odessa et au Vorskla Poltava. Il faudra à l’Illitchiviets ne pas manquer le match retour contre le Karpaty Lviv qui sera décisif !

 

Bilan d’ensemble

 

En une première moitié de saison, les choses semblent s’être déjà éclaircies. Le titre a de fortes probabilités de revenir au Dynamo Kiev, mais le Chakhtar et le Dnipro sont en ambuscade. À l’inverse, le futur relégué se situe probablement entre le Karpaty Lviv et l’Illitchiviets Marioupol et la tournure des événements tend plutôt vers la relégation du deuxième. La plus grosse incertitude est au milieu du tableau où au moins six équipes se livrent une bataille pour les places en Ligue Europa bien que certaines n’aient pas visé cet objectif d’entrée. La deuxième partie de la saison s’annonce intéressante sur plusieurs points. Le Dynamo va-t-il confirmer l’excellent début de saison ? Le Chakhtar et le Dnipro vont-ils se reprendre après leur mauvaise passe ? Le Metalist va-t-il continuer l’opération sauvetage ? L’Olimpik Donetsk va-t-il continuer sur sa lancée ? Le Zarya va-t-il obtenir sa place en Europe à nouveau cette saison ? Le Tchernomorets va-t-il continuer sa descente aux enfers ? Et enfin par dessus tout, que va-t-il advenir du football ukrainien ? Réponse sur le terrain dès maintenant !

 

Pyotr B.