Pas si nul…

12
juillet
2013

Posté par Anthony G.

Posté dans Actualités internationales / En affiche / Flash FS / International

0 Comments

Les jours se suivent et se ressemblent pour l’Euro féminin. Après une première journée qui a vu deux matchs nuls pour deux buts inscrits dans le groupe de la Suède, rebelote aujourd’hui avec l’entrée en lice du groupe B et des grandes favorites de la compétition, l’Allemagne.

 

L’Islande sur le fil !

 

Image

Gunnarsdóttir permet à l’Islande de décrocher un point précieux et symbolique.

 

Pour sa seconde participation, l’Islande, qui fait office de petit poucet de la compétition avec la Finlande, a réalisé un petit exploit ! Pour la première fois de son histoire, elle a, en effet, décroché un point en phase finale de championnat d’Europe. Dominées par la Norvège, plus aguerrie, les islandaises vont très vite encaisser le premier but de la rencontre. Après un long dégagement de la gardienne Hjelmseth, Hegland, à la réception, s’en allait tromper Gunnarsdóttir d’un tir qui se logeait dans la lucarne gauche (26′). Le score d’un but d’écart était même inespéré tant les coéquipières de l’ancienne lyonnaise Stensland auraient pu faire le break à plusieurs reprises (28′, 29′, 32′ et 37′). Après la pause, l’Islande reprit de meilleure manière sans pour autant inquiéter l’arrière garde scandinave. La Norvège aurait même pu tuer le match sans la maladresse de Gulbrandsen qui ratait deux occasion en deux minutes (61′ et 62′). En face, l’Islande va peu à peu se réveiller pour être récompensée en toute fin de match après une faute dans la surface de Christensen sur Gunnarsdóttir (87′). Pour conséquence, un penalty qui ne fera pas trembler Vidarsdóttir et qui permet aux siennes de réaliser ce petit événement historique. Selon l’entraineur de l’Islande, Siggi Eyjólfsson, il s’agit d’un « grand pas » pour sa sélection tandis que la Norvège tient un discours de « déception » centré sur les mauvais choix et l’imprécision. Faute de mieux, pour espérer une qualification, les joueuses d’Even Pellerud devront obtenir un résultat face aux Pays-Bas et l’Allemagne.

 

L’Allemagne accrochée

 

Image

Silvia Neid et ses joueuses, déçues, au coup de sifflet final.

 

Et autant dire que pour les voisins de la Suède, ce ne sera pas simple ! Car si l’Allemagne et les Pays-Bas se sont quittés sur un score nul et vierge (0-0), les vingt-deux actrices nous ont véritablement offert le premier vrai choc de cet Euro. Déjà très joueuses en amical face à la France (1-1 en octobre dernier), les néerlandaises ont bousculé les quintuples tenantes du titre. En misant d’abord sur la défense en canalisant l’impressionnant quatuor offensif allemand – Mittag, Marozsán, Lotzen et Okoyino Da Mbabi – les coéquipières de Daphne Koster n’ont pas refusé le jeu en déstabilisant cette équipe allemande caractérisée par son fort collectif. Si cette dernière a plus tiré au but (16 fois contre 9), c’est Lieke Martens qui va, d’un tir des trente mètres, sonnait la première charge. Son tir flottant et difficile à appréhender est repoussé en corner par la vétérante Angerer (17′). Cette même gardienne gagna, à l’heure de jeu, un face à face déterminant contre l’attaquante Manon Melis et évita à l’Allemagne un but contre le cours du jeu (62′). Forte dans le jeu, la Mannschaft se sera heurtée à un véritable mur orange. Toujours un pied, une cheville… pour contrer les tentatives des coéquipières d’Annike Krahn à l’image de ce tir raté de Marozsán qui ne profita pas de la déviation d’Okoyino Da Mbabi pour tromper la gardienne néerlandaise à l’entrée de la surface (43′). Bien regroupées en défense et très combatives, les onzes joueuses de Roger Reijners, qui n’a pas effectué un seul changement, obligeaient Laudehr, entre autres, à tirer de loin, sans succès (47′). Il s’agit ainsi pour les allemandes d’une contre-performance qui ne devraient pour autant pas altérer leur qualification pour les quarts de finale. Parfois heureuses, elles ne devraient pas avoir de mal à se défaire de la Norvège et l’Islande. Au contraire, les Pays-Bas peuvent savourer le point pris qui leur permet d’avoir de meilleures perspectives dans cet Euro.

 

Anthony M.