Paris en C1 : Pourquoi ça ne fonctionne pas ?

25
octobre
2018

Posté par Kofal

Posté dans Coupes d'Europe / Edito / En affiche / Flash FS / France

0 Comments

Hier, le Paris Saint-Germain a obtenu au bout du temps additionnel, un nul presque miraculeux face à une équipe napolitaine au jeu alléchant et performant. Comme face à Liverpool le mois dernier, les hommes de Thomas Tüchel sont passés à côté de l’évènement et n’ont pas été capables d’élever leur niveau de jeu, à la hauteur des investissements et de leurs ambitions. Alors, pour quelles raisons le PSG n’y arrive pas malgré un effectif, sur le papier, capable d’aller chercher les étoiles ?

 

 

 

Un problème d’effectif ?

 

Si l’effectif parisien est plutôt impressionnant dans le secteur offensif, ce n’est pas le cas pour les autres lignes. Problème depuis deux saisons maintenant, le PSG évolue sans véritable numéro 6, pourtant essentiel dans un système et un jeu prôné par le club de la porte d’Auteuil. Adrien Rabiot est utilisé dans ce rôle. Or, le jeune milieu parisien n’a pas les qualités pour y évoluer avec performance lors de grands rendez-vous. En claire, le jeune homme de 22 ans formé au club n’est pas un 6 et ne doit pas être jugé comme tel. Ses qualités ne sont pas destinées à le faire évoluer avec performance à ce poste. Derrière aussi ça pose problème. Le Paris Saint-Germain peut difficilement compter sur ses latéraux, pas toujours au niveau. Si Thomas Meunier répond plus ou moins présent, de l’autre côté, Juan Bernat rencontre des difficultés. Enfin, hier, Thomas Tüchel a dû composer sa défense centrale sans Thiago Silva, le capitaine habituel des rouges et bleus. Alignés en l’absence du brésilien, Presnel Kimpembe semble accuser le coup ces dernières semaines et Marquinhos donne la sensation de ne plus progresser, de stagner à un niveau qui n’est pas suffisant pour tutoyer les étoiles…

 

 

 

 

 

 

Les difficultés relationnelles du trio offensif

 

Le sujet fâche chez les fans parisiens. Cavani n’a pas l’air concerné par le jeu développé par le duo Neymar-Mbappé. Les deux jeunes prodiges jouent un football fait de technicité et de rapidité. Et si le français et le brésilien se trouvent plutôt bien en match, ce n’est pas le cas de l’uruguayen qui n’a pas ces qualités, ou à un degré moindre. Le problème est encore plus profond puisque le numéro 9 de la capitale, chouchou du public du Parc des Princes, rencontre des problèmes d’efficacité devant les buts, lui qui a pourtant la réputation d’être un tueur plein de sang-froid. Est-ce donc une situation que tous les attaquants sont susceptibles de rencontrer chaque saison, ou est-ce qu’Edinson Cavani est, en quelque sorte, banni de la relation offensive emmenée par Neymar et Kylian Mbappé ? Toujours est-il, le PSG en souffre logiquement. Hier face à son ancien club, l’attaquant de l’Uruguay n’a remporté aucun duel, selon les statistiques d’Opta. L’animation offensive parisienne ne peut réussir sans un avant-centre en forme.

 

 

 

 

 

 

Le Mbappé version Ligue des Champions

 

Kylian Mbappé continu de régaler chaque week-end, en Ligue 1 notamment. En Équipe de France aussi, le natif de Bondy est auteur de performances plutôt remarquables. Mais ce n’est pas forcément le cas en Ligue des Champions jusqu’à présent. Déjà à Liverpool, l’ancien monégasque avait éprouvé des difficultés, malgré un but inscrit à Anfield. Il est le principal fautif sur le but de Firmino dans le temps additionnel, laissant les trois points de la victoire aux Reds. Hier encore, le numéro 7 parisien n’a pas été mis en lumière. Ses premières accélérations ont été bonnes, puis à l’image du club parisien, il s’est éteint et son vis-à-vis, Kalidou Koulibaly, a réussi à le canaliser, rendant son match plus que médiocre.

 

Positionné à droite de l’attaque parisienne en première période, Mbappé s’est repositionné dans l’axe en seconde après le changement tactique de Thomas Tüchel qui est repassé en 3-5-2, laissant Meunier sur le côté droit. Le jeune prodige français est tout simplement mauvais dans le replacement et dans le repli défensif, des qualités qu’il doit pourtant avoir en jouant sur l’aile, permettant de soulager les montées successives de son latéral. Si ces carences peuvent éventuellement être comblées en Ligue 1, ce n’est pas le cas en Ligue des Champions où le PSG affronte des adversaires bien meilleurs techniquement, tactiquement et biens plus coriaces. A terme, ce Mbappé-là à ce poste-là, posera des difficultés à son club.

 

 

 

 

 

Alors, quelles solutions ?

 

La première serait que le Paris Saint-Germain recrute un vrai numéro 6 de métier, délaissant les tâches qu’impose ce rôle à Adrien Rabiot, utilisé jusqu’alors comme tel. Dans l’idée, Thomas Tüchel souhaite imposer son 3-5-2 et l’arrivée d’une vraie sentinelle est primordiale. Verratti et Rabiot n’en sont pas et Diarra n’est pas au niveau. Enfin, les jeunes joueurs issus du centre de formation ne peuvent pas être considéré comme des alternatives crédibles.

 

Dans un second temps et dans ce type de match, il semblerait que Kylian Mbappé ne soit pas dans les meilleures conditions pour évoluer sur une aile. Cela complique la tâche du latéral qui subit les non-replis défensifs et ça bride également l’attaquant parisien. Placer Kylian Mbappé en pointe, accompagné d’Edinson Cavani pourrait convenir à l’ensemble du secteur offensif, sans pour autant impacter le domaine défensif et contribuer à déséquilibrer le jeu parisien. De plus, Mbappé connaît très bien ce poste puisqu’il y évoluait à Monaco, en compagnie de Radamel Falcao. Un poste où il a brillé.

 

En seconde période le PSG est donc passé en 3-5-2 avec Neymar en 10 derrière les deux pointes, Mbappé et Cavani. Thomas Meunier a évolué en piston droit, lui laissant la liberté de déborder et de centrer (il a d’ailleurs grandement contribué au premier but parisien) et Angel Di Maria piston gauche. L’argentin hauteur d’une première période catastrophique a été un peu plus en vue en seconde période dans un rôle plus libre. Enfin, Rabiot et Verratti formaient la paire du milieu de terrain, mais on éprouvaient des difficultés sur les phases défensives et les phases de possession du Napoli. Manquant d’agressivité sur le porteur du ballon, le milieu de terrain parisien a témoigné hier, du manque d’un joueur avec ces qualités.

 

 

 

 

Venez en parler en compagnie des membres de FS, en cliquant ici !

 

 

 

K.F