Ligue 2 – Parole aux fans – Clermont

10
juillet
2019

Posté par Patate FS

Posté dans En affiche / Flash FS / France / Ligue 2

0 Comments

En cette période de trêve estivale, Footballsupps vous propose un focus sur chaque club de Ligue 2. Vingt fans des vingt clubs de Ligue 2 2019/20 ont accepté de répondre à trois questions sur leur club de cœur afin de revenir sur les accomplissements, les doutes et les échecs passés, et de se projeter sur la saison à venir.

Une revue d’effectif (actualisée à la date de publication de l’article) et un retour sur la saison écoulée pour chaque club seront proposés avant chaque interview.

 

CLERMONT : Pour la beauté du jeu

 

Le groupe clermontois :

 

Gardiens de but : M.Jeannin (28), O.Djoco (21)

Défenseurs : V.N’Simba (26), D.Trichard (24), A.Zedadka (24), J.Phojo (26), C.Hountondji (25), F.Ogier (25), J.Albert (27), T.Cissokho (19) 

Milieux défensifs : J.Gastien (31), Y.Magnin (22), J.Iglesias (30), L.Rajot (21)

Milieux offensifs : A.N’Diaye (28), D.Gomis (26), M.Pereira Lage (22), J.Berthomier (29), J.Allevinah (24)

Attaquants : A.Grbic (22), I.Andriatsima (35)

 

Nouvelle arrivée

 

 

La saison dernière, Clermont s’était arrêté aux portes des play-off de montée en Ligue 1. Les espoirs de l’atteindre se sont envolés un peu plus tôt cette année. Au vu de la saison, comment expliquer que le club n’ait pas mieux terminé la saison ?

 

@Yopika_ : « Effectivement, le Clermont Foot a conclu une saison 2017/2018 record, avec un total de 63 points en championnat. La suivante, qui s’est achevée le mois dernier, était donc celle de la confirmation pour les hommes de Pascal Gastien ; allaient-ils vraiment pouvoir réitérer l’exploit de croire aux play-off jusqu’à la dernière journée ? Logiquement, au vu du mercato estival chargé en départs de cadres (Dugimont, Fontaine, Ajorque, Lopy, Gavory…) et qualitativement plus léger du côté des arrivées (Josué Albert, N’Simba, Ogier, Ayé, Andriatsima…), les premières interrogations se posaient dès l’entame de la saison. Et, très logiquement, les résultats étaient en dents de scie : les clermontois ont dû attendre la 5e journée de championnat pour goûter à leur première victoire. En revanche, les promesses du jeu léché prôné par Gastien étaient toujours présentes, mais l’effectif avait drastiquement diminué en qualité intrinsèque. En janvier, le Clermont Foot était tout de même encore présent dans la course aux play-off, s’installant tranquillement en première moitié de tableau. Toutefois, c’est aussi à janvier que remonte le dernier exploit de la saison des auvergnats : une victoire 2 buts à 1 sur la pelouse du leader messin. Après cela, un match nul et quatre défaites d’affilée (!) se succèdent, portant un sacré coup aux espoirs de barrages. Les joueurs ont ensuite décroché, physiquement et mentalement, et cela se ressentait particulièrement à domicile. Pascal Gastien renierait certainement cette explication et tenterait de justifier cette série noire par des raisons tactiques, et il tiendrait probablement la plus grosse part de vérité. Néanmoins, il est un fait non négligeable qui rentre dans l’équation : certains joueurs ont donné l’impression de baisser les bras assez tôt dans la saison. A commencer par Franck Honorat, prêté par Saint-Etienne qui l’avait recruté l’été dernier. Ces joueurs, qui savent leur situation “sécurisée”, ne jouent pas de la même manière que lorsqu’ils ont tout à prouver, et les officialisations de départ ont été annoncées bien trop tôt dans la saison – dès début 2019 – au goût de nombreux supporters. Alpha Sissoko et Manuel Perez sont deux autres exemples qu’il est possible de citer. »

« Enfin, certains choix de Pascal Gastien n’ont pas toujours été compris, comme celui de mettre plusieurs mois avant de titulariser régulièrement Jason Berthomier, successeur de Dugimont dans le rôle de milieu offensif distributeur du jeu, recruté du côté de Troyes au mercato d’hiver. Méforme physique, choix tactique ? Dans tous les cas, le choix était particulièrement agaçant puisqu’il offrait, à la place, énormément de temps de jeu à Alassane N’Diaye, qui se caractérise trop souvent par son irrégularité ainsi que ses mauvais choix balle au pied. »

« Toutefois, malgré une saison dont les rêves de play-off ont vite été balayés, une distinction personnelle est à souligner : Pascal Gastien a été nommé entraîneur de l’année en Ligue 2 par ses pairs. La nomination en a fait bondir plus d’un parmi les observateurs du championnat, et je peux les comprendre, tant certains devant lui méritaient certainement davantage cette saison. Néanmoins, je vois cette distinction comme une récompense plus globale sur ces deux dernières saisons. Malgré les départs de l’été 2018, le jeu du Clermont Foot est resté attrayant, avec de réelles idées de jeu. Si elles n’ont pas toujours été accompagnées de résultats, ces clés permettent de viser la performance et ont d’ores et déjà permis au Clermont Foot, avec l’un des plus petits budgets de Ligue 2, d’acquérir plus de reconnaissance et de lumière qu’autrefois, et surtout de jouer les trouble-fêtes réguliers en haut de tableau. »

 

 

En changeant de propriétaire, c’est une nouvelle page du Clermont Foot qui s’écrit. Que retiens-tu des années sous la présidence de Michy ? Qu’a-t-il apporté au club et, au contraire, qu’est-ce qui a limité le club durant son mandat ?

 

« Claude Michy est désormais l’une des figures les plus emblématiques de l’histoire du Clermont Foot, alors qu’il est arrivé en parfait anonyme, malgré un certain passé conséquent dans les sports mécaniques. Lorsqu’il reprit le Clermont Foot durant l’été 2005, le club échappait à la relégation – étant finalement repêché administrativement – mais finit par tomber en National la saison suivante. A partir de là, un vrai tournant s’opère pour le club auvergnat, avec un titre de champion en National puis une cinquième place en Ligue 2 en l’espace de deux saisons. S’il n’a jamais caché son intérêt très modeste, voire détaché pour le football, la plus grande force de Michy a toutefois été de savoir s’entourer, et plus précisément de révéler des entraîneurs au grand jour. Parmi eux, Didier Ollé-Nicolle, Michel Der Zakarian ou encore Corinne Diacre ont fait leurs armes au sein du club auvergnat, et sont aujourd’hui des noms connus dans le football français. Pour Pascal Gastien, la trajectoire est plus fulgurante : s’il a connu des expériences de coaching auparavant à Niort et Châteauroux, il était encore directeur du centre de formation du Clermont Foot avant de succéder à Corinne Diacre sur le banc. Une vingtaine de mois plus tard, le voici nommé meilleur entraîneur de son championnat ; une belle réussite pour Claude Michy, dont on peut largement louer le flair. »

« Depuis sa remontée en Ligue 2, le Clermont Foot s’est, au pire, toujours maintenu sans se faire de frayeurs extrêmes, et au mieux réussi à jouer l’invité surprise en s’offrant quelques espoirs de montée historique, notamment en 2008, 2012, ou encore l’année dernière, dans le contexte différent qu’est celui des play-offs. Ainsi, d’un point de vue sportif, le Clermont Foot a quasiment toujours surperformé au vu de son petit budget, grâce à de bonnes idées durant les mercatos, comme la signature de joueurs libres de tout contrat qui cherchent à rebondir ou encore de nombreux prêts bien sentis de jeunes joueurs évoluant en Ligue 1, concluants la plupart du temps. »

« Mais Claude Michy, c’est aussi l’incarnation du temps qui défile et des années qui se ressemblent en Auvergne. Des promesses inavouées et des coups d’éclat timidement espérés rythment les saisons qui s’écoulent et les carrières des joueurs qui, au gré de leurs performances, repartent aussitôt qu’ils arrivent, faute de pouvoir financier permettant de conserver ses meilleurs éléments de manière pérenne. Si le Clermont Foot est désormais un pilier de la Ligue 2, il n’a jamais connu l’élite dans son histoire, et il n’y a que peu de chances de voir l’événement se concrétiser si le budget stagne éternellement. Mais en effet, une nouvelle page s’écrit, et des garanties financières sont attendues afin de voir Clermont passer pour de bon le cap qu’il a entamé de franchir ces dernières années. »

« Enfin, le combat le plus difficile de Michy était sûrement celui de donner naissance à un engouement durable autour du football dans une région qui ne jure que par le rugby. Finalement, cette concurrence est toujours aussi écrasante, notamment en termes d’affluence au stade, mais le désormais ex-président a aussi su profiter de la présence du voisin. Il est l’un des instigateurs du très récent centre de formation partagé entre l’ASM rugby et le Clermont Foot, doté d’infrastructures modernes notamment. »

« Pour finir, jusqu’à l’année dernière, le club communiquait extrêmement peu. Cependant, à l’ère des réseaux sociaux et du numérique, la présence d’un club sur ces médias demeure parfois un bon indicateur de l’aura locale, nationale, voire internationale de celui-ci. La politique opaque de Michy semblait assez claire : il ne doit rien à personne, excepté aux abonnés, relativement bien considérés et régulièrement convié à des événements au cours de la saison. L’exemple basique est celui du montant des indemnités de transferts : en cas de départ comme d’arrivée, ceux-ci ne sont jamais révélés officiellement, et même les journalistes peinent à estimer le montant exact des transactions qui, en conséquence, se transforment souvent en fourchette de prix. Pour le moment, la nouvelle direction semble prendre une voie différente, avec de nombreux communiqués partagés sur les réseaux sociaux du club, et une volonté de proximité plus soutenue avec les supporters, passant par le biais numérique. »

 

 

Quelles sont les ambitions du club sur le mercato et la saison à venir ?

 

« C’est justement autour de cette nouvelle direction que s’articulent tous les enjeux de l’intersaison qui se profile. Les rachats de club – lorsqu’ils n’effraient pas – suscitent des formes de fantasme. Quel carnet d’adresse possède le nouveau propriétaire ? Pourquoi s’intéresse-t-il à telle région, à tel club ? La manne financière du club sera-t-elle plus importante que par le passé ? Ahmet Schaefer, nouveau propriétaire et président du Clermont Foot depuis le rachat officiel au mois de mars, a répondu à toutes ces questions durant la conférence de presse où Claude Michy l’intronise, marquant comme une passation de pouvoirs. »

« Tout d’abord, Ahmet Schaefer a commencé par mettre l’accent sur la fameuse “structure familiale” du Clermont Foot, reconnue par la majorité des acteurs qui l’ont un jour composé. Ainsi, il déclare ne rien vouloir changer sur cet aspect, et seulement comprendre comment le club fonctionne déjà depuis l’ère Michy pour y apporter quelques touches personnelles ensuite. Il nous est facile de comprendre rapidement que ces dernières passeront par l’ouverture du club à l’échelle internationale : des accords de partenariat ont d’ailleurs été signés avec le TP Mazembe et la JS Kabylie, deux clubs africains réputés. Ces associations sont rendues possibles grâce aux contacts de Jérôme Champagne, l’un des trois associés avec lesquels Schaefer est arrivé en terre auvergnate, ancien diplomate et ex-secrétaire adjoint à la FIFA. A moyen terme, on imagine facilement des prêts entre les deux clubs, et à court terme, les effets se font déjà ressentir : une rencontre amicale est prévue entre le Clermont Foot et la JS Kabylie le 20 juillet au stade Gabriel Montpied. »

« En ce qui concerne l’ambition sportive, elle paraît logique et non précipitée, puisque le nouveau président vise à être un candidat régulier aux play-off et éventuellement avoir la montée en Ligue 1 en ligne de mire d’ici 3 à 5 ans selon ses dires. Pour ce faire, on souligne l’élargissement du scouting, incarné par Ingo Winter, autre membre du nouvel organigramme, auparavant en charge du recrutement au sein de plusieurs clubs allemands mais aussi pour les Young Boys Berne. Le budget global du Clermont Foot connaîtra une certaine croissance, sans décupler pour autant. Il s’agirait surtout dans un premier temps d’augmenter de manière progressive le budget alloué aux indemnités de transfert à régler ainsi que celui qui couvre la masse salariale ; en vue de prolonger ses meilleurs éléments plutôt que de les voir partir renforcer des concurrents ? L’avenir nous le dira. »

« Enfin, Pascal Gastien, prolongé en septembre dernier jusqu’en 2021, jouit d’une pleine confiance et a priori de la totalité des décisions sportives qui touchent au Clermont Foot. Au détour d’une conférence de presse au début du mois de mai, l’entraîneur a d’ailleurs tenu à mettre les choses au clair concernant le mercato : les situations des joueurs sous contrat avec le club auvergnat doivent être claires avant la reprise du championnat. Cela concerne par exemple Florian Ayé, auteur de 18 réalisations en Ligue 2 cette saison, dont on ne sait toujours pas si l’avenir s’écrira en rouge et bleu ou ailleurs, l’attaquant étant manifestement très courtisé (il a depuis rejoint Brescia en Serie A, ndlr). Dans tous les cas, Gastien déclare qu’il n’y “aura pas d’épisode Rémy Dugimont cette année”, affirmant ici son autorité et sa volonté d’une équipe compétitive dès le mois de juillet. Pour les arrivées, la plupart des postes ont été doublés, notamment ceux de latéraux qui ont été les premiers à souffrir du manque de profondeur de banc cette saison lors de blessures ou suspensions. Comme à son habitude, le Clermont Foot mise sur des paris en piochant dans les divisions inférieures (National 1, National 2) ou même en Autriche. La grande question actuelle reste celle du gardien de but : après deux prêts consécutifs (Bernardoni en 2017-2018 puis Descamps en 2018-2019), le Clermont Foot préférera-t-il engager un portier de manière définitive, ou fera-t-il confiance à Mehdi Jeannin, dont on doute qu’il accepte sans broncher une troisième année de suite en tant que second gardien. »

« Quelles que soient les réponses que ce mercato d’été apporte, il est certain que, si Ahmet Schaefer perpétue le travail de Claude Michy, aidé de sa vision plus ambitieuse et internationale du football, le Clermont Foot pourrait peut-être recevoir dans un futur proche la récompense qu’il cherche depuis tant d’années. »

 

 

Un grand merci à @Yopika_ pour sa participation ! On se retrouve très vite pour parler de Niort !

 

A très bientôt !

 

@PatateAJA