Ligue 2 – Parole aux fans – AS Nancy Lorraine

13
juin
2019

Posté par Patate FS

Posté dans En affiche / Flash FS / France / Ligue 2

0 Comments

En cette période de trêve estivale, Footballsupps vous propose un focus sur chaque club de Ligue 2. Vingt fans des vingt clubs de Ligue 2 2019/20 ont accepté de répondre à trois questions sur leur club de cœur afin de revenir sur les accomplissements, les doutes et les échecs passés, et de se projeter sur la saison à venir.

Une revue d’effectif (actualisée à la date de publication de l’article) et un retour sur la saison écoulée pour chaque club seront proposés avant chaque interview.

 

AS NANCY LORRAINE : Un destin incertain

 

Le groupe nancéien :

 

Gardiens de but : H.Constant (19)

Défenseurs : L.Néry (28), S.Karamoko (26), M.Fischer (20), E.Seka (31), A.El Kaoutari (29), R.Bidounga (22), S.Coulibaly (23), C.Wooh (17)

Milieux défensifs : D.Da Cruz (32), L.Abergel (26), V.Marchetti (21), O.Akichi (26), A.Nguiamba (20), A.Ba (20), S.N’Guessan (24)

Milieux offensifs : A.Bassi (21), O.Cissokho (32), Y.Barka (21), M.Bassouamina (21)

Attaquants : A. Dona Ndoh (33), M.Dembélé (21), P.Eler (28)

 

Nouvelles arrivéesRetours de prêt

 

Au moment de faire cette interview, l’ASNL n’a pas encore été informée de sa relégation en National 1. Réaction en fin d’interview !

 

Après une saison 2017/18 compliquée, l’ASNL espérait sans doute s’apaiser et retrouver de belles ambitions. Cela n’a pas été le cas et les Lorrains ont signé une très mauvaise première partie de saison 2018/19. Selon toi, qu’est-ce qui a conditionné un début de saison aussi compliqué de la part de ton club ?

 

@NicolasNcy : « Après avoir réussi son opération commando et sauvé le club en 2018, Tholot a été logiquement reconduit pour cette saison, avec pour ambition de repartir vers le haut du classement. Mais comme beaucoup de choses dans ce club depuis plusieurs mois (gestion, communication, vente du club, transferts, etc), dès le départ, tout est allé de travers. »

 

Didier Tholot a débuté la saison sur le banc nancéien

 

« On pouvait entendre leurs genoux claquer »

 

« Il y a déjà eu le nouvel échec de notre mercato, Da Cruz, capitaine du champion rémois qui est arrivé en “recrue phare”, le symbole du renouveau. Hors de forme, en surpoids, il sera LE flop de cette saison, et malgré ses prestations médiocres, Tholot lui conservera sa confiance jusqu’au bout. Pour faire face à nos carences offensives, un recrutement à la va-vite a été fait avec 2 perles dignes de Football Manager : Maboulou et le prêt de Sané par Caen, des joueurs qui marqueront chacun… 1 but. Coulibaly ou Néry en défense n’apporteront pas plus, malgré un certain de temps de jeu et la confiance de Tholot. »

« Si le groupe a toujours répondu positivement, il s’avérait trop faible pour espérer exister dans ce championnat. Tholot ne parviendra jamais à trouver son 11 type, bricolant à chaque journée en déplaçant des joueurs loin de leur poste (Abergel arrière droit, Marchetti arrière gauche, Bassi et Ba trimbalés un peu partout…). Avec un jeu très poussif et une attaque inexistante, le club entamera la saison par 7 défaites et marquera son 1er but de la saison lors du match suivant, après 678 minutes de jeu (record historique de la L2 s’il vous plaît). Assez inexplicablement, l’équipe une fois menée au score avait tendance à disparaître du terrain et n’avait plus moyen de réagir, quelque soit l’adversaire. Alors que la philosophie générale de Tholot était basé sur “la grinta” plus que sur la technique, on ne verra jamais la hargne des joueurs sur le terrain, au contraire on pouvait entendre leurs genoux claquer depuis les tribunes. Et comme toujours quand ça ne va pas, on a eu à cette époque notre lot de blessés (plusieurs par match parfois) et d’expulsés, la condition physique des joueurs étant aussi grandement mise en cause. »

« Didier Tholot sera finalement limogé à la 12ème journée, avec 5 points au compteur. Alain Perrin, venu en “conseiller du Président” prendra la relève. Il fixera l’objectif d’atteindre 15 points à la trêve, il en obtiendra finalement 13. Un premier petit exploit. »

 

Grâce à une seconde partie de saison réussie, l’ASNL est encore parvenu à se maintenir en Ligue 2. Comment l’équipe a-t-elle réussie à trouver un nouveau souffle sous la houlette d’Alain Perrin ? Qu’est-ce qui a changé ?

 

« Là où Didier Tholot voulait des guerriers, Alain Perrin a lui voulu du jeu. Il a écarté les joueurs qui n’étaient pas au niveau (dont certains inamovibles de Tholot, enfin !) et a repensé le jeu de l’équipe, en replaçant notamment les “exilés” à leur poste de prédilection (re-enfin !). »

« De plus, de par son passé, ses résultats, son expérience, son exigence, il a rapidement imposé son aura sur tout le club. Il a redonné de la vie et de l’envie à un groupe moribond. Et malgré la “35aine” de  joueurs sous contrat, il a même eu le soutien des “lofteurs” qui ont toujours participé au bon fonctionnement du groupe sans jamais créer de tension, malgré leur situation personnelle délicate et leur mise à l’écart. Il a également refait faire tout un travail physique en janvier pour combler les manques du groupe. »

 

 

Abdelhamid El Kaoutari a rejoint le club en janvier

 

« Perrin a rallumé le feu à l’intérieur du club »

 

« Le mercato hivernal a été l’autre principal élément de notre deuxième partie de saison réussie. Si le recrutement sur le papier pouvait laisser perplexe (des jeunes sans expérience, des anciens sans temps de jeu,etc), il s’est avéré que les 6 recrues ont toutes eu un impact positif sur l’équipe. Paye vrai arrière droit a comblé le vide laissé à ce poste depuis 6 mois, El Kaoutari est de suite devenu patron de la défense, Poha a apporté sa technique et sa vision de jeu, Marveaux a peu joué car arrivé blessé mais avec ses 5 buts en 9 apparitions dans des matchs compliqués, il a participé grandement au maintien du club. N’Gom est l’exemple même que les statistiques sans analyse n’ont aucun intérêt. 2 buts, 1 passe décisive, mais un rôle primordial à la pointe de notre attaque, conservation de balle, technique, lucidité dans la transmission. Également très malchanceux face au but. Enfin Vagner a été la révélation de cette saison, avec ses dribbles chaloupés, sa percussion, ses 6 buts et sa “rage de vaincre” communicative du haut de ses 23 ans. Si on rajoute à ça un Abergel enfin à son poste de taulier au milieu, un Seka de plus en plus à son aise en roc défensif, un Moimbé qui s’impose sur son aile, un Assembé moins maladroit que d’accoutumée dans ses cages, etc… et une équipe qui a repris confiance en elle et qui continuait de se battre même menée, cela a permis au club de finir 7ème sur les matchs retours, avec 9 victoires et la 4ème attaque. Une prise de risque dans le jeu voulue et assumée par Perrin qui s’avérera être la solution à nos tourments. »

« Perrin a rallumé le feu à l’intérieur du club mais aussi à l’extérieur, avec un vrai soutien populaire malgré le classement catastrophique (Picot bien rempli pour un relégué, plus de 500 supporters à Troyes, etc) alors qu’on sentait que le club était en train de s’éteindre lentement, une longue agonie de plusieurs mois… Il faut aussi associer à Perrin l’arrivée de Jean-Michel Roussier en tant que Président en début de saison, qui a apporté un début de nouvelle dynamique interne à un club qui se reposait sur ses acquis et ses (mauvaises) habitudes depuis trop longtemps. »

 

Quelle est la situation actuelle du club, déjà actif sur le marché des transferts ? Quelles sont les ambitions en vue de la saison à venir ?

 

« Sous la houlette d’Alain Perrin et Jean-Michel Roussier, la cellule recrutement a été repensée, renforcée en début d’année 2019 et travaille depuis pour préparer le mercato estival et éviter les fiascos de nos derniers mercatos qui nous ont entraînés au fin fond de la Ligue 2. C’est ce qui a permis un recrutement très rapide chez nous dès le mois de mai de 4 joueurs en fin de contrat et habitués à la Ligue 2, avant même la fin de saison officielle. Du jamais vu. »

« Côté départs, une quinzaine de joueurs en fin de contrat ne devraient pas être prolongés, sans compter les autres départs possibles de joueurs non-désirés, ce qui va entrainer un vrai renouvellement d’effectif. L’équipe s’appuiera sur les rares satisfactions de la saison passée : Seka, El Kaoutari, Abergel et Bassi si il reste. »

 

« Il y a tout un travail de fond à effectuer dans le club »

 

 

« Le principal objectif de la saison à venir est de relancer une dynamique positive qui nous permettra de sortir de nos 3 dernières années d’horreur (relégation en Ligue 2, puis 2 saisons à se sauver du National dans les dernières minutes du championnat). Pas d’objectif de montée, déjà démarrer un nouveau cycle, avoir des résultats réguliers, voir un peu de jeu et voir où ça nous mènera. Jean-Louis Garcia est là pour rebatir de 0. Sachant que nos équipes de jeunes (réserve, U19) ont été reléguées, il y a tout un travail de fond à effectuer dans le club. »

« A moyen terme, l’objectif reste la Ligue 1, mais cela ne dépend pas que du terrain. Le club est toujours en vente, Jacques Rousselot, propriétaire et Président historique cherche à laisser la place à un repreneur “sûr” et ne souhaite plus investir plus que de raison dans l’équipe. Les rares tentatives de rachat connues se sont révélées être autant d’échecs retentissants. Et mirabelle sur la quiche, Séville refuse de nous verser les 4 M€ de pourcentage à la revente du transfert de Clément Lenglet au Barça. Le club vivote donc pour l’instant sans trop de moyens, ce qui n’est pas la meilleure des situations pour avoir de l’ambition. Et les supporters rêvent à des jours meilleurs en revisionnant régulièrement le Nancy-Schalke de 2006… »

 

 

Suite à la relégation de Nancy en National 1 par la DNCG hier soir, nous avons recueilli l’avis de @NicolasNcy aujourd’hui :

 

« Nous venons d’apprendre ce 12 juin 2019 que la DNCG a décidé de reléguer l’ASNL en National, pour un déficit budgétaire de 7-8 M€. Bien que nous sachions tous que les finances du club étaient dans le rouge, nous ne pensions pas qu’elles l’étaient autant et avons tous été abasourdis par cette nouvelle. Le club a fait appel de cette décision et a jusqu’au 1er juillet pour régulariser sa situation, c’est à dire trouver un minimum de fonds pour combler ce gouffre. Les marges de manœuvre sont minces, soit Jacques Rousselot remet la main à la poche (le peut/veut-il ?), soit vendre des joueurs (qui et à quel prix ?) soit possiblement les deux. Une vente expresse du club parait compliquée mais on n’est plus à une surprise près. Une descente en National ne ferait qu’accroître nos pertes et nous rapprocherait toujours plus du dépôt de bilan. La « surprise » dans les médias de Rousselot et Roussier ne rassure personne sur la gestion du club, mais nous espérons tous une fin heureuse, en croisant tout ce qu’on peut. Tout est donc bloqué chez nous, à commencer par nos recrues qui n’ont pas vu leur contrat homologué et sont donc en stand-by. La survie du club avant tout. »

« Bref, quand ça veut pas, ça veut pas. Sortir de notre longue spirale négative est un vrai parcours du combattant et nous sommes bien partis pour être le feuilleton de l’été avec les voisins sochaliens, alors qu’on pensait tous repartir enfin de l’avant. Cette décision est d’autant plus dure à avaler que tout le monde s’est battu sans relâche pour gagner le maintien sur le terrain… »

 

Un grand merci à @NicolasNcy pour sa participation ! Dans le prochain article, nous nous intéresserons au Paris FC…

A très bientôt !

 

@PatateAJA