Les derniers enjeux de la Ligue 1

10
avril
2018

Posté par Kofal

Posté dans En affiche / Flash FS / France / Ligue 1

0 Comments

Il ne reste que 6 journées avant la fin de cette saison 2017/2018 et les enjeux restent encore nombreux. A tous les étages, les clubs vont se livrer jusqu’à la dernière journée, une bataille féroce qui représente beaucoup, tant financièrement que sportivement. Petit point sur les derniers objectifs des clubs français en Ligue 1.

 

 

Un titre promis au PSG

Sauf catastrophe, le Paris Saint-Germain devrait s’adjuger le titre, succédant aux monégasques. Malgré un match nul à Geoffroy-Guichard face à l’AS Saint-Etienne (1-1), les parisiens gardent une marge confortable et, ironie du sort, pourraient être sacrés champions de France dimanche, face à l’AS Monaco. Avec 14 points d’avance, les hommes d’Unaï Emery se dirigent donc vers le 7ème titre de champions de France de leur histoire dans un championnat qu’ils auront largement dominé cette saison, en toute logique.

 

 

Monaco, solide dauphin

Là aussi, il y a peu de chance de voir Monaco céder sa seconde place. Avec 7 points d’avances sur Lyon et Marseille, respectivement 3 et 4ème, les joueurs du Rocher devraient résister à la pression des deux olympiques pour finir derrière le mastodonte parisien. Néanmoins, une défaite à Paris dimanche pourrait resserrer l’écart. En cas de succès de Lyon et, ou Marseille, l’écart entre Monaco et ses concurrents ne seraient plus que de 4 points. Mais avec une fin de saison largement abordable, les joueurs de la principauté ne devront, à priori, pas se faire peur.

 

 

Deux olympiques pour la troisième place

Impensable il y a encore quelques semaines après une série de mauvais résultats, les lyonnais ont repris la troisième place à leurs homologues marseillais. Cependant, phocéens et gones ont le même nombre de points (63) et batailleront jusqu’au bout pour arracher une place sur le podium. Léger avantage aux marseillais dans le calendrier, l’OM recevra Nice, seul adversaire qui peut potentiellement faire échouer les olympiens. Les lyonnais recevront également le Gym, lors de la dernière journée au Groupama Stadium. Mais les soldats de Jean-Michel Aulas auront un déplacement périlleux à Strasbourg, qui lutte pour sa survie dans l’élite, et recevra Nantes, qui tente de s’accrocher aux places européennes.

 

 

La course à l’Europe

Elles sont 7 équipes pour 3 places. La 4ème place est automatiquement qualificative pour l’Europa League, ainsi que la 5ème après la victoire du PSG en Coupe de la Ligue, permettant au vainqueur d’y participer. Les parisiens qualifiés pour la C1 offre donc la 5ème place. La 6ème pourrait également l’être en cas de succès de ces mêmes parisiens en Coupe de France, chose qui sera faite d’ici quelques semaines, sauf catastrophe. Lyon et Marseille (63) se battant tous les deux pour une seule place sur le podium, Rennes (47), Montpellier (46), Nice (46), Nantes (44) et Saint-Etienne (43) bataillent pour accrocher les deux derniers billets. Pour cette dernière ligne droite, Rennes affrontera Montpellier et Nantes, Montpellier jouera également Nantes, ainsi que Nice et Saint-Etienne, Nice affrontera aussi Marseille et Lyon, Nantes ira aussi à Lyon et enfin, Saint-Etienne ira à Montpellier et Monaco.

 

 

L’espoir du barrage et l’antichambre au bout du tunnel

Plus haut, les équipes se battent pour obtenir le graal européen, en dessous, les objectifs sont tout aussi importants mais moins ambitieux. Si les clubs concernés espèrent être à la 17ème place ou au dessus le soir de la 38ème journée, il est évident que la 18ème place de barragiste fait office de dernière chance, au cas ou… Considérons Caen avec 35 points épargné et Metz avec 22 points déjà condamné à la descente, Strasbourg (34), Toulouse (30), Troyes (29) et Lille (28) se livrent un duel pour cette dernière « vie ». Les alsaciens partent avec un léger matelas mais pourraient se faire peur au vu de leur calendrier (Amiens, Saint-Etienne, Nice, Rennes, Lyon et Nantes). Toulouse, qui n’a pas gagné depuis début février, possède un calendrier plus abordable et recevra Lille le soir de la 36ème journée, pour peut-être la « finale ». Troyes a le calendrier le plus compliqué avec les réceptions de Marseille et Monaco et des déplacements à Lyon, Montpellier et Saint-Etienne. Enfin, Lille qui vit une saison difficile, n’aura « que » des déplacements à Marseille et Saint-Etienne, leurs autres adversaires étant plus abordables, un rayon de soleil pourrait éclaircir le ciel nordiste, bien sombre cette saison.

 

 

Quel adversaire pour les barrages ?

Tel un jeu vidéo, cette 18ème place offrira donc une dernière « vie », matérialisée par un dernier affrontement, contre le 3ème de Ligue 2. L’ascendant psychologique est important. D’un côté une équipe en difficulté et qui sombre vers l’antichambre de l’élite et tout ce que ça impose (réduction budgétaire, de l’effectif etc…) et de l’autre, une équipe qui aura fait une saison très honorifique afin d’obtenir le podium de Ligue 2 et qui se battra jusqu’à la dernière seconde pour accomplir le rêve de la Ligue 1. En Ligue 2, 2 équipes retiennent l’attention. L’AC Ajaccio et Lorient. Avec 60 points, les corses sont légèrement en retard sur Nîmes, deuxième avec 64 unités. Enfin, les merlus, 4èmes, semblent eux aussi en retard sur l’ACA. Descendus la saison passée -en passant par les barrages-, les Merlus comptent 56 points. Le Paris FC, 5ème avec 53 points, accusent surement un retard un peu trop conséquent et nous pouvons les considérer hors course. Les corses qui restent sur 4 succès consécutifs, affronteront Nancy, Reims, Lens, Le Havre, Auxerre et Niort. Seul le duel face aux rémois pourraient leur donner des sueurs ; les autres équipes étant supposées être inférieures. Pour les bretons, Valenciennes, Sochaux, Bourg-en-Bresse et Quevilly-Rouen sont abordables, mais Brest et Nîmes, qui plus est en déplacement, semblent être des adversaires bien plus coriaces et présagent une 3ème place difficile à aller chercher pour les lorientais.

 

 

 

 

K.F