L’Egypte a son nouveau dieu : Mohamed Salah

07
avril
2018

Posté par Kofal

Posté dans Angleterre / En affiche / Flash FS

0 Comments

L’Egypte ; Le pays des pyramides, du pharaon, du Nil… et maintenant, de Mohamed Salah. Agé de 25 ans, le gaucher est en train d’exploser cette saison, confirmant simplement son potentiel et imposant son talent. Passé par Chelsea, la Roma ou encore la Fiorentina et le FC Bâle, l’ailier droit de Liverpool est devenu le chouchou d’Anfield, mais pas seulement. Véritable dieu vivant en Egypte, son pays natal, Mohamed Salah a notamment permis aux Pharaons de se qualifier pour le mondial russe. Les égyptiens attendaient cela depuis près de 30 ans. Zoom sur celui qui bouleverse la hiérarchie et qui tente de se faire une place au soleil. Le soleil égyptien…

 

 

Le globetrotteur a posé ses valises

 

Il n’a que 25 ans, seulement, mais Salah est un joueur qui a déjà beaucoup voyagé. Recruté par le FC Bâle en provenance du championnat égyptien en 2012, Salah a enchainé les aventures en Europe. A Chelsea, à la Fiorentina, l’AS Rome et pour enfin atterrir dans le nord de l’Angleterre, à Liverpool. Arrivé lors du mercato estival de 2017 en provenance de la Roma, où il était impliqué dans quasiment un but par match, « Mo’ Salah » -comme il est surnommé- garde un rythme de croisière tonitruant qui fait de lui l’un des meilleurs joueurs de la planète actuellement. Auteur de 29 buts en 31 rencontres en championnat ainsi que de 8 buts en 11 matchs de Ligue des Champions, nombreux sont ceux qui estiment que l’égyptien pourra concourir à une place plus qu’intéressante au ballon d’or.

 

Salah fait donc le bonheur de ses supporters, que ce soit en club, ou en sélection. Xavi Alonso, ancien joueur des Reds, a commenté la victoire de Liverpool face à City, en quart de finale aller de la Ligue des Champions, revenant sur le jeune africain. «Mohamed Salah est exceptionnel jusqu’à maintenant. Il fait des grands matches tous les week-ends. Il marque, il fait des passes, il pèse sur les défenses à tous les matches. C’est le plus important. Ce que j’aime c’est qu’il s’insère parfaitement dans le système de Jurgen Klopp.»

 

 

 

La fierté de l’Egypte et le chouchou d’Anfield 

 

L’ancien joueur de Chelsea ravi également son pays, auquel il reste encore très attaché. Donateur généreux pour diverses causes, une de ses écoles d’enfance s’est même renommée « Mohamed Salah », en hommage à la prestation du génie égyptien qui avait permis à son peuple de se qualifier pour le Mondial en Russie. Héros de toute une nation, son nom a recueilli, d’après un média égyptien, une grande majorité des votes du million et demi d’électeurs. Les « coupables » ayant rayé le nom des deux candidats à la présidentielle pour inscrire le sien. Soit deux fois plus que l’opposant d’Al-Sissi. Chose totalement incroyable et presque surréaliste.

 

« Mo Salah, Mo Salah, déboulant sur l’aile, la la la la la la la, roi d’Egypte », celui qu’on peut comparer à Messi, du à leur gabarit semblable ainsi que de leur style de jeu, est le nouveau buteur adoubé par tout Anfield Road, qui peut désormais oublier Luis Suarez. Mais jusque quand ? Le pharaon, au vu de ses performances, est devenu l’un des meilleurs joueurs du monde et de nombreux clubs s’intéressent logiquement à lui. Le Paris Saint-Germain pourrait faire de Salah sa prochaine folie, afin de remplacer Edinson Cavani qui semble se diriger vers la sortie. Le Real Madrid pourrait également être intéressant, les madrilènes toujours à l’assaut des meilleurs techniciens du ballon rond. Mais l’ancien joueur du Arab Contractors SC, son club formateur, avait déclaré dans le Dayli Mirror « aimer la Premier League. » et que ce championnat « convenait à son style de jeu ». Sera t-il le prochain feuilleton du mercato estival ? En attendant, Salah n’a pas fini de régaler ses supporters à Liverpool, comme ceux de son pays, dont il défendra les couleurs en juin prochain, en Russie.

 

 

Pour débattre sur Liverpool et sur Mohamed Salah, cliquez-ici.

 

K.F