Pourquoi le football n’est pas plus populaire aux Jeux Olympiques ?

14
juillet
2016

Posté par Anthony G.

Posté dans En affiche / Flash FS / International

2 Comments

Cet été 2016 n’est pas vraiment comme les autres et compte une densité d’évènements sportifs assez élevé. En plus des habituels tour de France ou Wimbledon, se rajoute l’actuel Euro 2016, les championnats d’Europe d’Athlétisme, et aussi… les Jeux Olympiques. Regroupement de très nombreux sports, dont le football, on ne peut pourtant pas dire que les fans du ballon rond attendent particulièrement cet évènement. Car il faut bien le dire, le sport le plus suivi au monde n’intéresse pas grande monde aux Jeux Olympiques.
Les symptômes sont là : très peu de visibilité dans la presse (internet ou imprimé), aucune chaine télévisée hertzienne qui diffusent les matchs, et une compétition très peu documentée. Mais quelles peuvent bien être les raisons d’un tel désintérêt pour un sport tant suivi en général ?
 
 
Un divorce entre Jeux Olympiques et Football daté
 

finalecdf

 

La chose n’est pas nouvelle : la FIFA et les JO sont en constant désaccord depuis 1930. En effet avant, plusieurs Jeux Olympiques ont été mis en place, où le football faisait partie des compétitions les plus suivis par les spectateurs (cela pouvait aller jusqu’à un quart des spectateurs qui venaient au JO juste pour le football). La chose changea donc à l’édition de 1930 car le Football commença à se professionnaliser via la FIFA, qui du même coup en profita pour instaurer la première coupe du monde en Uruguay. Les deux compétitions ayant un fonctionnement assez similaire, la Fifa essaya donc au maximum de couper les liens avec les JO. Une des grandes choses qui permettait de différencier les deux titres étaient que les Jeux Olympiques s’adressaient avant tout à des amateurs. Ce qui empêchait beaucoup de grande nation de mettre leur meilleure équipe possible.
Après la seconde guerre mondiale et jusque dans les années 80, chaque édition des Jeux Olympiques furent gagné par des équipes de l’Europe de l’Est ou du Nord, notamment car en URSS aucun sportif n’était considéré comme professionnel. Il y eu alors deux décisions de prises : d’abord la FIFA décida d’émettre des sanctions envers les joueurs qui participait aux qualifications de la coupe du monde après avoir joué aux jeux olympiques, et les JO mirent en place une règle qui est toujours en cours aujourd’hui : celle de ne plus demander que des joueurs amateurs dans les équipes de football mais plutôt des joueurs de moins de 23 ans (hormis 3 joker qui permettent d’avoir des joueurs plus expérimentés afin de fournir un peu d’expérience aux équipes).
Cette règle très particulière fait que du coup on a plus affaire à des équipes juniors qu’à de véritables équipes nationales. Régulièrement, la FIFA autorise de nouvelles règles aux JO, ce qui rend ce tournoi assez particulier.
 

Un manque de joueur ou de nation star
 

Une des autres conséquences de ce divorce entre Fifa et les JO, c’est que les équipes et les joueurs qu’on peut voir évoluer lors des jeux olympiques sont bien souvent inconnu du grand public et donc intéresse beaucoup moins.
Par exemple ce ne sont pas les plus grandes nations du monde qui sont sélectionnés, mais celles qui ont les meilleurs résultats lors de championnat espoir. Ainsi, ce n’est pas les coupe du monde ou coupe continentale qui compte, mais l’Euro espoir, le championnat d’Asie des nations des moins de 23 ans, le tournoi pré-olympique CONCACAF, … Certaine des grandes nations du football ne seront donc pas présente comme l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre ou … la France… En effet, celle-ci n’a pu participer que deux fois à cette compétition, et sa dernière remonte à 1996. Ce qui forcement implique encore moins les français dans cette compétition.
Et ce n’est pas limité qu’aux nations, mais aux joueurs aussi. Car la conséquence de n’avoir quasiment que des joueurs de moins de 23 ans, c’est que la majorité n’ont pas encore fait leur preuve, ou n’ont pas pu rayonner sur la scène internationale. Et le quota des 3 joueurs plus expérimenté n’aide pas forcement car l’une des conséquences de la césure entre Jeux Olympiques et la Fifa est que les joueurs ne sont pas obligés de faire partie de leur sélection nationale. Ainsi les clubs de ces joueurs peuvent purement et simplement leurs interdire d’aller aux Jeux Olympiques, afin de les préserver de fatigues supplémentaires. Dans les faits, la plupart des joueurs se voient offrir le choix entre participer au championnat continental (Euro, Copa America, …) ou au Jeux Olympiques, et quasiment tous choisissent la première option. Ainsi, on compte vraiment très peu de grande star pour cette compétition, hormis Neymar (qui annonçait depuis longtemps vouloir y aller) ou Riyad Marhez et Nicklas Bendtner.
 

Un trop-plein de compétition de Football ?
 

Argument peut-être un peu moins fort, mais toutefois réel, le fait que les Jeux Olympiques passent après la Ligues des Champions, la Copa America et l’Euro, peut faire que les spectateurs aient déjà eu leur « dose » de football quelques mois avant. En ajoutant l’ampleur moindre que cette médaille d’or revet, et on peut tout à fait s’imaginer que beaucoup préfèrent d’autre compétition à celle-ci. Surtout qu’en même temps, les différentes ligues ont leur premier match, et que donc l’attention commence à être détourné autre part.
Cet argument est peut-être un peu atténué pour le Brésil, qui a fait de mauvais résultat pour sa Copa America, et semble beaucoup se concentrer sur cette médaille d’or pour briller devant tout le monde, elle partira favori en tout cas. Au final, les jeux olympiques sont aussi l’occasion de mettre plus en avant des sports que l’on n’a pas l’habitude de voir, et c’est aussi un peu ce qui fait la magie de cette période. Si on prend les Jeux Olympiques par ce point de vue, nous ne sommes pas sûr que l’on y gagnerait beaucoup à mettre le Football plus en avant.
 

 

Pierre M.