Une finale, deux histoires !

01
juin
2017

Posté par Anthony G.

Posté dans Coupes d'Europe / En affiche / Ligue des Champions

0 Comments

Deux monstres du football européen se disputeront la prestigieuse coupe aux grandes oreilles ce samedi soir à Cardiff. Deux équipes qui entretiennent même une relation très différente avec la compétition reine des clubs. Récit.

 

Avantage Madrid

 

Le Real avec ses légendes Di Stefano, Puskas, Kopa ou encore Gento a lui immédiatement imposé son leadership en remportant les cinq premiers titres et en participant aux quinze premières éditions (une performance quand on sait qu’à l’époque seul le champion national ou le tenant du titre était autorisé à disputer le tournoi). Pendant cette période, qui a donc vu la Casa Blanca disputer 8 finales et en remporter 6, les Bianconeris n’ont participé au tournoi qu’à quatre reprises. Résultat deux piteuses éliminations au premier tour, une élimination en quart et une autre en demi. Bien loin également des performances des deux Milans qui ont remporté chacun deux C1 dans les années 60. Mais la situation va progressivement s’inverser…

 

La Juventus enfin au sommet

 

Absent pour la première fois lors de la saison 1970/1971, les Merengues vont peu à peu s’habituer à laisser la place aux autres clubs espagnols notamment entre 1981 et 1986 où le Real sera absent cinq années de suite (plus longue période de sevrage pour le club). Pendant ce temps, la Juventus (qui avait disputé et perdu sa première finale contre le grand Ajax en 1973) devient une référence au plus haut niveau européen avec des joueurs comme Platini, Boniek ou Rossi et dispute deux finales en trois ans. Une première, perdu en 1983 contre Hambourg, et une seconde victorieuse pour un premier titre en 1985 face au tenant du titre le Liverpool FC, dans les conditions dramatiques que l’on connait tous avec les incidents du Heysel.

Dans la première moitié des années 90, les deux équipes se retrouvent dans une situation similaire en étant chacune barré par un club local : le Barca pour le Real et l’AC Milan pour la Juve. Mais les deux clubs finissent tout de même par retrouver la prestigieuse compétition avec notamment un second titre en 1996 pour la Vielle Dame (avant une nouvelle finale perdu l’année suivante). En 1998 la Juventus de Zidane et Deschamps, qui dispute sa troisième finale de suite, s’incline 1-0 face à un Real qui n’avait plus remporté de C1 depuis 32 ans. Le club de Madrid remporte donc de ce fait sa septième coupe aux grandes oreilles. Dans la foulée le Real rafle également deux nouveaux titres en 2000 puis 2002 (avec Zidane cette fois-ci dans ses rangs). La Juventus de Del Piero, Nedved et Trezeguet se vengera par l’année suivante des galactiques (Zidane, Figo, Ronaldo, Raul…) en les éliminant en demi-finale. Ce qui ne les empêchera toutefois pas de perdre, pour la cinquième fois de leur histoire, leur finale face à l’AC Milan d’Inzaghi et Shevchenko aux tirs aux buts.

 

Le retour aux affaires

 

Après une longue traversée du désert (marqué par une relégation punitive notamment pour les Bianconeris), les deux clubs vont revenir sur le devant de la scène ces dernières années. Tout d’abord le Real, qui remporte la fameuse Décima en 2014 contre son rival l’Atlético Madrid sous les ordres de Carlo Ancelotti puis récidive deux saisons plus tard avec à sa tête Zidane, et de son côté la Juventus, redevenu souveraine en Italie, qui atteint mais perd une nouvelle finale en 2015 poussant donc le record de revers à six unités.
Samedi soir opposera donc l’équipe qui a le plus gagné de finales de Ligue des Champions contre celle qui en a le plus perdu. L’objectif pour la Juventus ? Rompre avec le passé en infligeant au Real sa première défaite en finale depuis 36 ans. A vos pronostics.

 

Soninho