A la découverte de… Carlo Costly (Honduras)

28
mai
2014

Posté par Anthony G.

Posté dans En affiche / Flash FS

0 Comments

Durant quelques semaines, nous allons tenter de vous faire découvrir des joueurs méconnus du grand public et qui seront des éléments essentiels à leurs nations pendant la Coupe du Monde au Brésil.

 

Commençons par Carlo Costly. Il est le buteur de cette équipe. Âgé de 31 ans, sa carrière est assez incompréhensible. Au cours des huit dernières années, il a joué pour dix équipes dans huit pays différents. Mais il est avant tout connu pour une feinte spéciale qui porte son nom « la Costlynha », ainsi que ses célébrations lors desquels il imite un téléphone avec sa chaussure.

 

Une carrière étrange

 

L’aventure commence pour lui au Mexique avec pas moins de 4 clubs en 5 ans entre 2000 et 2005. Mais le mal du pays le fit revenir. Sans club pendant un an jusqu’en 2007, il rejoint ensuite le club de Platense avec lequel il termine meilleur buteur du championnat du Honduras avec 23 buts. C’est alors que le premier choix étrange apparaît. Il quitte son pays dès la fin de sa première saison pour la Pologne et le club de Belchatow, mais après une saison et 15 buts, il demande à être prêté puisqu’il ne supporte plus le froid mais surtout les insultes racistes dont il est victime. Le club le prête alors à Birmingham City ou sa saison est catastrophique avec aucun but. Carlo refuse alors de retourner en Pologne et son club le vend directement en Roumanie au FC Vaslui en 2010, deuxième choix étrange puisqu’il ne joue presque pas avec seulement une dizaine de matches dans la saison. L’année suivante, il décide alors de retourner au Mexique au CF Atlas où il ne reste qu’une demie saison avec dix matchs joués pour deux buts, et d’un accord commun il quitte le club pour la MLS ou il finit la saison avec Houston Dynamo. Le club souhaite le prolonger mais, là encore, il effectue un choix de carrière bizarre puisqu’il refuse la prolongation et reste sans club pendant dix mois avant de rejoindre la Grèce et le Veria FC pour six mois. Suite à cette aventure grecque, il retourne au pays et rejoint Deportivo Real España avec lequel il joue toujours actuellement. Une carrière bien compliquée et surprenante qui laisse perplexe.

 

La sélection, le plus important pour lui

 

Il sera à la Coupe du Monde au Brésil et il en est fier, puisqu’il avait raté celle de 2010 avec une blessure le 9 mai 2010 un mois avant le début de la compétition. Il le déclare lui même dans la presse locale « Représenter mon pays c’est ma vie ». En espérant qu’il en fasse une bonne mais cela devrait être le cas s’il marque comme habituellement. Auteur de 38 buts en 66 sélections, il est le deuxième meilleur buteur de son pays.

 

Napo’